L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Ces décombres de voitures polluants

SECTEUR 11 DE Ouaga

Ces décombres de voitures polluants

 

Après avoir utilisé toutes les voies de recours sans gain de cause, les riverains d'un dépotoir de véhicules acidentés, au secteur 11 de Ouaga (Larlé), s'en remettent à travers cette lettre ouverte, au ministre de l'Environnement et du Cadre de vie.

 

Monsieur le ministre, si vous prenez la peine de sortir, et faire quelques pas du côté ouest de la Cité an III, non loin de chez vous, au-delà du canal, vous remarquerez un entassement de voitures froissées suite à des accidents, offrant ainsi une vue désagréable à tout passant.

Votre ministère a pour rôle principal d'entreprendre des activités afin d'offrir à tout Burkinabè un meilleur environnement et un cadre de vie décents pour son épanouissement.

Mais nous sommes tous d'avis que le dépôt de ces voitures accidentées, à cet endroit, au nez de nos concessions et de surcroît sur une surface de terrain qu'il occupe illégalement, Garage le Golf, puisque c'est de lui qu'il s'agit, nous occasionne une vie difficile et nous crée beaucoup de désagréments.

Voilà déjà des années que perdure cette situation, et toutes les démarches que nous

avons entreprises, soit en interpellant l'acteur principal qui est Monsieur Jacques Yaméogo, ou certaines autorités de cette ville, afin de déguerpir ces décombres de voitures accidentées, sont restées vaines.

Ces voitures qui arrivent parfois éclaboussées de sang humain, et des fois des débris de chair humaine jonchant sur les sièges, présentent des images répugnantes et tristes à la vue.

Nos enfants côtoient chaque jour ce dépôt avec tous les dangers qu'ils peuvent rencontrer, puisque des morceaux de verre et de fer sont à même le sol, et risquent à tout moment de les blesser.

L'effusion des carburants provenant des réservoirs de ces voitures, pollue l'atmosphère environnante et rend à des moments donnés l'air irrespirable. En plus de cela, le lieu est devenu le repère de chats abandonnés et de serpents venimeux.

Voilà décrite la situation malheureuse que nous vivons quotidiennement. Vous êtes notre dernier recours en qui nous fondons un grand espoir, afin que notre détresse reçoive un écho favorable et qu'une action soit entreprise pour l'enlèvement de ces voitures.

 

Fait à Ouagadougou, le 03/3/2008

Par la population riveraine

Secteur 11 (Larlé, zone 6)

Le Pays du 7 mars 2008



07/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres