L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Colère de commerçants de Ouahigouya contre la flambée des prix

Hausse des prix des produits de première nécessité

Colère de commerçants de Ouahigouya

 

Dans la rue, où ils sont descendus hier mercredi 20 février 2008, des commerçants de Ouahigouya ont manifesté contre la vie chère.  Ils ont dénoncé le «niveau élevé des taxes»,  dont la répercussion sur les prix de vente expliquerait la subite flambée des coûts des produits de première nécessité. Dans la mi-journée, le mouvement s’est transformé en affrontement ouvert entre forces de l’ordre et manifestants, qui s’en sont pris à des boutiquiers qui n’ont pas répondu à l’opération ville morte.       

 

Le grand marché est resté fermé. Les boutiques situées le long des rues ont été cadenassées, les «maquis» et autres restaurants, barricadés. Le parking de la mairie vandalisé. Des colonnes de fumée due à des pneus brûlés un peu partout dans la ville.

Les commerçants de la ville de Ouahigouya ont manifesté contre la hausse des prix des produits de première nécessité. 

Seules les stations d’essence et quelques cybercafés ont momentanément ouvert ce mercredi 20 février 2008.

Une opération ville morte dont les effets ont vite été ressentis par l’ensemble des consommateurs. Vendeurs de cigarettes ambulants, gérants de kiosques, grilleurs de viande, propriétaires de télécentres et revendeurs de cartes de recharge ont déserté leur job et se sont joints aux manifestants.

 La foule de manifestants a emprunté les principales artères de la ville  en scandant des slogans hostiles au gouvernement. Au passage du gouverneur de la région du Nord, Dieudonné Henri Yaméogo, pour se rendre à une cérémonie, a-t-on appris plus tard, la tension a monté d’un cran. «Trop c’est trop», «on ne vous a pas votés pour augmenter les prix», lançaient les protestataires.

Les écoles, les collèges et les lycées ont été vidés de force au grand bonheur des élèves dont certains ont rejoint les marcheurs. A la mairie de Ouahigouya, la foule en colère a vandalisé le parking et emporté les tôles.

Arrivées sur les lieux, les forces de l’ordre ont d’abord été  repoussées avant de parvenir à disperser la foule. 

Prise devant son étal, une vendeuse de benga a été violemment  molestée. 

Le représentant des commerçants, Ali Ouédraogo dit horloger,  chez lui au moment de la manif s'est dit étonné de ce qui se passe en ville. Toutefois il nous a dit  avoir reçu de Ouagadougou une correspondance de commerçants l’invitant à se tenir prêt pour une éventuelle manifestation. «Les revendications concernent la baisse des taxes sur les produits vendus entre autres; nous ne voulons rien casser en ville. Nous, nous voulons manifester notre mécontentement. C'est tout».

Dans l’après-midi, le calme est revenu. Au moment où nous traçions ces lignes, il nous a été rapporté que la police locale a reçu un renfort de CRS et que de nombreuses personnes ont été interpellées. Les mêmes sources nous ont appris également que des manifestations similaires se sont déroulées dans les villes de Djibo et de Gourcy.

 

Emery Albert Ouédraogo

L’Observateur Paalga du21 février 2008



21/02/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres