L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Colonie et non connerie de vacances

Humeur

Colonie et non connerie de vacances

 

L'organisation des colonies de vacances est l'objet de la réflexion de l'auteur des lignes ci-dessous. Pour lui, ces randonnées à l'intérieur comme à l'extérieur du pays sont sans projet pédagogique pertinent. Il invite alors le ministre de l'Action sociale et de la Solidarité nationale et son collègue de la Jeunesse et de l'Emploi à jouer le rôle qui leur revient.

 

La période des vacances cause à de nombreux parents, surtout dans nos villes, des soucis qu'on pourrait comparer à ceux causés par la rentrée des classes. En effet, ils sont nombreux à se sourciller du "comment" faire passer de bonnes vacances à leur progéniture qui, après avoir passé 9 mois sur les bancs et réussi le passage en classe supérieure ou son examen, mérite un cadeau de papa ou maman.

Du séjour au village en passant par un voyage à l'intérieur ou à l'extérieur du Burkina ou une activité rémunérée, chacun y va de ses ambitions et surtout de ses moyens.

Véritable désir pour les parents, ces activités de vacances correspondent chez les enfants, adolescents et jeunes à un réel besoin d'épanouissement et de développement de leur personnalité. En tant que telles, il incombe aux parents et à l'Etat d'offrir à cette frange de la population des opportunités pour la satisfaire. L'attitude contraire conduit les enfants à "se débrouiller" tout seuls avec les risques de dérapages comportementaux.

Fort heureusement des initiatives sont développées par des promoteurs privés, des institutions et organismes, des associations et ONG pour proposer des activités que nous dénommons dans notre jargon professionnel Activités socio-éducatives (ASE).

Sous ce terme générique, on trouve les camps, les colonies de vacances, les clubs de vacances, les communautés éducatives, etc., dont la mise en œuvre s'accommode bien avec la période des vacances, sans qu'elle ne soit la seule période de leur déroulement.

Le dénominateur commun à ces diverses activités est l'éducation.

 

Un fond de commerce pour des brebis galeuses

 

Dans ce domaine précisément, l'atteinte des objectifs pédagogiques ne peut se réaliser sans le respect de certains principes. En outre l'animation de ces activités par des personnes qualifiées ayant reçu une formation appropriée est un gage de leur efficacité et de leur efficience.

Le tout inscrit dans un cadre juridique et normatif mis en place par le gouvernement.

Mais que constatons-nous ? Une courbe ascendante dans le développement de ces activités avec une pointe pendant les vacances et paradoxalement une action gouvernementale de plus en plus absente.

Résultats : des colonies ressemblent à une coquille vide sans projet pédagogique pertinent.

Des questions essentielles comme celles de la sécurité sont gérées au gré du bon sens des encadreurs, j'allais dire des "accompagnateurs". La colonie de vacances devient "connerie" de vacances.

S'il faut saluer l'action de certains initiateurs qui œuvrent avec professionnalisme pour le bien-être de nos enfants, il faut aussi s'interroger sur ces brebis galeuses qui détournent cette activité de son objectif éducatif pour en faire un objet de deal ou un fonds de commerce.

Nous devons admettre que pour ces activités dont la finalité éducative est manifeste, l'Etat se doit de jouer son rôle en définissant le cadre d'évolution, les normes et principes d'organisation : la relecture, le contrôle de l'application des textes en vigueur y relatif.

La stratégie bien connue dans notre pays est "le médecin après la mort". Mais reconnaissons que dans ce domaine comme dans bien d'autres, il vaut mieux prévenir que guérir.

C'est à cet égard que j'interpelle le ministre de l'Action sociale et de la Solidarité nationale et celui de la Jeunesse et de l'Emploi qui disposent des techniciens en matière d'activités socio-éducatives, à porter un regard prospectif sur le sujet à l'heure où la reforme de notre système éducatif accorde au sous-secteur non formel un rôle de coacteur du système global de l'éducation nationale.

 

Un lecteur avisé

B.N.Y.

L'Observateur Paalga du 7 septembre 2007



07/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres