L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Conseil de sécurité : A chaque despote son membre permanent

Conseil de sécurité

A chaque despote son membre permanent

 

De la férocité de la junte militaire birmane sur les démocrates, on n'en parlait peu sous nos tropiques, tant qu'elle emprisonnait à tour de bras et tuait en silence.

Mais depuis un certain temps, la barbarie de ces soldats a pris de l'ampleur obligeant ainsi la communauté internationale à dire son mot.

La situation était si préoccupante à Rangoon que la violence à l'encontre de manifestants aux mains nues semblait médiévale. A telle enseigne que des observateurs de la politique birmane avaient béatement cru que le Conseil de sécurité pourrait prendre des sanctions à l'égard de ces militaires.

Si bien de personnes ont applaudi à tout rompre lorsque le Conseil de sécurité a décidé de se réunir pour statuer sur le cas birman, la décision de ce conseil, elle, a été en deçà des attentes.

En effet, en lieu et place d'une condamnation avec la dernière énergie des pratiques peu orthodoxes du régime birman, le Conseil de sécurité s'est contenté de "déplorer fortement" la récente répression des manifestants civils.

Mais véritablement à y voir de près, il n'y avait pas de quoi afficher un optimisme débordant quant à la capacité des 15 membres à taper du point sur la table.

Pour qui connaît les relations coupables qu'entretiennent la Russie et la Chine avec la junte militaire et le poids de ces deux pays au niveau du Conseil de sécurité, on ne doute aucunement d'entendre ces propos convenus, cette résolution un peu trop édulcorée.

On se souvient d'ailleurs qu'en janvier déjà, la Chine et la Russie avaient opposé leur veto à une résolution qui condamnait la junte birmane.

La position de Pékin et de Moscou face à la Birmanie ressemble, à s'y méprendre, au soutien indéfectible qu'apporte l'Oncle Sam au va-t-en guerre israélien.

Le monde est ainsi avec toujours la politique du "deux poids deux mesures".

Pendant que les petits pays qui n'ont aucun parrain de poids triment pour ne pas subir les foudres du Conseil de sécurité, d'autres foulent au pied ? allègrement à longueur de journée toutes les résolutions prises à leur encontre.

Et pour peu qu'un despote ait un membre permanent acquis, il peut tout se permettre sans restriction. Ainsi va la  communauté internationale.

 

L’Observateur Paalga du 15 octobre 2007



15/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres