L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Contrefaçon : Les vrais faux papiers de la bande à Akim

Contrefaçon

Les vrais faux papiers de la bande à Akim

 

C'est un groupe d'experts d'un autre secteur d'activités. Depuis près de 10 ans,  Akindé Akim, un Burkinabé d'origine nigériane, et ses acolytes  trompaient des milliers de Burkinabè et même d'Ivoiriens, sans que personne  s'en rende compte. Ils leur proposaient de vrais faux papiers et des documents administratifs. Mais comme chaque chose a sa fin, ces faussaires ont échu dans les mains de la police en mi-juin 2007.

 

Depuis 1998, ils vivaient comme dans un no man's land. Eux, ce sont Akindé Akim, Ahmadou, Amado Ouédraogo, Boutoulgou B. Jacques et Mouni Kologo. Ils faisaient école en déployant leur intelligence et énergie dans le trafic frauduleux de motos et la confection de faux papiers et documents administratifs ; cartes de travail et de moto,  extraits de compte bancaire, cartes de travail, attestations de situation, cartes de mise en circulation... et même des titres de voyage. Résumé succinct des péripéties d'une affaire de fossoyeurs de l'économie national: en mi-juin, le chef du service régional de la police judiciaire (S.R.P.J.) de Ouagadougou, Jean Alexandre W. Darga, reçoit un coup de fil. La douane de Dori a saisi une moto dont la carte grise n'est pas authentique. Les enquêtes commencent. De fil en aiguille, la toile va se dérouler. Cinq (5) faussaires tombent  dans les filets de l'équipe de l'officier Seydou Traoré. Deux (2) seraient toujours en cavale. L'occupation de prédilection des 5  sieurs (entre 32 et 42 ans)  est de faire entrer frauduleusement des motocyclettes. Le dédouanement et le reste du processus, Akindé et ses amis en ont les moyens. Ils possèdent un matériel important d'établissement des papiers utiles. Akindé, le cerveau, en est le pourvoyeur.

Le matériel est composé, entre autres, de : cachets de D.G., ordinateurs, clefs USB, encriers, appareil de duplication. Une fois les motocyclettes sur le sol burkinabè, les faussaires proposaient à leurs clients de leur trouver vite les documents utiles, 250 000 F CFA pour ceux qui savent négocier et bien au-delà pour les "gaous". Souhaitez-vous partir hors du Burkina ou d'Afrique?  êtes-vous pressé d'obtenir un quelconque papier administratif? Akindé et son groupe vous satisfaisaient promptement. Tout leur réussissait, même s'ils ont échoué dans  l'établissement de permis de conduire. Le commissaire Darga  est d'ailleurs convaincu que même des voitures circulent avec des cartes grises non authentiques. Pour lui, tout cela fait perdre énormément de devises au Trésor public et crée assez de désagréments aux travailleurs et aux usagers des services concernés. Il estime que le préjudice est difficile à évaluer,  et regrette le fait que les  gens se précipitent sur n'importe quelle proposition. "Le jour où la  douane va sortir dans Ouaga, il y aura un remue-ménage et des sueurs froides", a-t-il déclaré. C'est pourquoi  Jean Alexandre Darga invite les éventuelles victimes à régulariser leur situation en allant à la Direction des transports terrestres et maritimes, seule qualifiée  pour l'établissement de ces documents. Aussi, le "Théâtre populaire"  serait l'endroit de choix des faussaires. Les démarcheurs et les imposteurs sont également indexés. Enfin, le Commissaire du S.R.P.J. a salué la collaboration des corps paramilitaires, qui a toujours permis de débusquer les malfaiteurs.

 

Ged

L’Observateur Paalga du 23 juillet 2007



23/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres