L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Crise au conseil municipal de Banfora : La médiation a officiellement démarré

Crise au conseil municipal de Banfora

La médiation a officiellement démarré

Le gouverneur de la région des Cascades a entrepris depuis le 22 juin dernier une série d’actions visant à débloquer la situation de crise au Conseil municipal de la cité du Paysan noir. Dans cette lancée, il a pris un arrêté le 3 juillet portant création et organisation d’un Cadre provincial de concertation et de dialogue dans la Comoé (CPCDC). Une rencontre de prise de contact a eu lieu le vendredi 6 juillet entre le gouverneur et les membres de cette structure.


Bloqué depuis le 18 juin 2007, le Conseil municipal de la commune urbaine de Banfora se trouve à moins de deux semaines de sa dissolution si d’ici le 19 juillet une solution pour ramener les protagonistes dans la salle de fête de la mairie pour les délibérations n’est pas trouvée. Le ministère de tutelle est saisi de la situation depuis le 20 juin et le gouvernement, à travers le premier responsable de la région des Cascades, a créé un comité de médiation qui a la lourde mission de ramener la paix dans la commune de Banfora et, du même coup, de rétablir les liens de collaboration entre les deux formations politiques que sont le CDP et le RDB. Ce comité se compose de deux représentants des différentes composantes de la société civile et des partis politiques siégeant au Conseil municipal. Ainsi, la communauté catholique, celles musulmane et protestante, le mouvement sunnite, la chefferie coutumière, les associations de défense des droits humains, les associations féminines et de jeunes, ainsi que le CDP et le RDB ont désigné chacun deux personnes pour prendre part aux travaux dudit comité. Au compte du CDP, c’est le SG provincial Abibata Compaoré et celui départemental Mamadou Ouattara Pantiori qui ont été retenus. Côté RDB, il y avait le deuxième adjoint au maire, Issouf Lalé Traoré, et Salifou Barro, président de la commission environnement de la mairie. C’est monseigneur Lucas Kalifa Sanou qui en assure la présidence et il est secondé dans cette tâche par El Hadj Bâ Ouattara, grand imam de Banfora. Les membres de ce comité de médiation ont été rencontrés par les autorités locales le vendredi 6 juillet dans la salle de réunions de la direction régionale de l’Economie et du Développement.

Selon le gouverneur, l’objectif de la rencontre était de prendre attache avec le comité de médiation qui a été mis en place, et lui souhaiter beaucoup de chance dans la mission qui lui a été confiée. Cette mission est de faire en sorte que le Conseil municipal de Banfora, bloqué depuis le 18 juin dernier parce que le maire, par manque de majorité, n’a pas pu tenir le conseil à sa deuxième convocation, puisse reprendre ses travaux. Pour le gouverneur, ce blocage entraîne systématiquement l'arrêt des activités de développement de la commune. C’est pourquoi, dit-il, les acteurs politiques qui composent le Conseil municipal doivent réaliser qu’il y a un temps pour tout. « Ils ont eu le temps de gripper le Conseil, maintenant ils doivent savoir que le temps est venu de travailler et de construire», a-t-il dit. Quant au succès de cette mission, Issouf Rouamba est confiant puisque, selon lui, il n’ y a vraiment pas de raison que des hommes et des femmes de cette audience et de cette qualité se réunissent et que, malgré tout, on arrive à un échec. En clair, le gouverneur est rassuré qu’au bout du délai imparti au comité de médiation pour son action, le Conseil municipal de Banfora se retrouvera pour travailler. Surtout que les représentants des deux belligérants, en prenant la parole, ont tenu des propos augurant des lendemains meilleurs pour le Conseil municipal de Banfora.

La secrétaire générale provinciale du CDP, Abibata Compaoré, qui n’avait pas assisté à la première rencontre initiée par le gouverneur, a, par exemple, dit qu’elle avait honte de se retrouver devant le gouverneur et ses proches collaborateurs pour discuter de pareille chose. Elle dit ne pas être entrée en politique pour casser ou mener des actions qui mettent la commune de Banfora dans la situation qu’elle vit aujourd’hui. Elle a dit se réjouir et remercier Dieu de la création de ce cadre de concertation.

Après cette prise de contact, les autorités ont pris congé du comité de médiation qui a entamé, séance tenante, ses travaux, car il ne reste pas assez de temps avant le 19 juillet. Il a jugé utile que les représentants des deux formations politiques se retirent, vu qu’il est difficile, dans un contexte de médiation, d’entendre les parties en discorde pour la première fois au même moment et en la présence de chacune d’elles. Dans le souci de garder la discrétion qui entoure les délibérations jusqu’à la fin des travaux, il a également été demandé à la presse de se retirer. Un calendrier de rencontres ainsi qu’une stratégie de travail, a-t-on appris, ont été dégagés et la toute prochaine rencontre du cadre de concertation est prévue pour se tenir, en principe, aujourd'hui lundi 9 juillet.

Mamoudou Traoré

Le Pays du 9 juillet 2007



08/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres