L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Dédouanement des marchandises : Un mois de sursis pour les commerçants

Dédouanement des marchandises

Un mois de sursis pour les commerçants

 

Dans le cadre de la vie chère, une délégation gouvernementale a rencontré le 25 février 2008 à la Chambre de commerce, les opérateurs économiques. Fermeté à l'égard des casseurs ; suppression des pénalités dans le dédouanement jusqu'en fin mars 2008 ; renforcement des contrôles des règles de la concurrence ; ce sont autant de mesures que le gouvernement a annoncé sans assurément une conséquence immédiate sur le consommateur.

 

La délégation gouvernementale était composée des ministres du Commerce, de la Promotion de l'entreprise et de l'Artisanat, Mamadou Sanou ; de l'Economie et des Finances, Jean-Baptiste Compaoré ; de la Sécurité, Assane Sawadogo et le ministre délégué chargé de l'Analyse et de la Prospective, Guéda Jacques Ouédraogo. Entre autres opérateurs économiques au présidium, on pouvait citer El hadj Oumarou Kanazoé et Alizèta Ouédraogo dit Alizet "Gando". C'est dans une salle bondée d'opérateurs économiques que le ministre Mamadou Sanou a pris la parole pour relever que le gouvernement a constaté une évolution des prix à des niveaux insupportables pour le consommateur. D'une manière générale, la hausse on a constaté une hausse des prix des produits de première nécessité sur le marché international due selon lui à la diminution des surfaces cultivées ; la diminution des subventions à la production, l'usage des productions dans le biocarburant, etc. Tout cela ne pouvait justifier, selon le gouvernement, le niveau actuel des prix, pas mêmes les mesures prises sur le dédouanement, contre les fraudeurs. C'est pourquoi, selon le Ministre, la commission nationale de la concurrence et de la consommation est à l'œuvre pour que la concurrence s'exerce dans le cadre de la réglementation en vigueur. On pourra ainsi lutter contre les fixations de prix par entente de groupe de commerçants. "Nous n'avons pris aucune mesure d'augmentation des impôts et des droits de douanes ; ce sont des mesures pour lutter contre la fraude dans le cadre de la bonne gouvernance, les mesures vont se poursuivre dans le respect strict des textes en vigueur", a relevé avec fermeté Mamadou Sanou. Toutefois, l'application  des pénalités sera suspendue jusqu'en fin mars au niveau du dédouanement et des modalités de paiement allégées seront proposées aux opérateurs en difficulté. Au sujet des casses,  le   ton du gouvernement  a été pour le moins péremptoire : "La loi sera respectée pour que les casseurs soient sanctionnés. Ce sont eux qui payeront les dégâts causés ; à partir de maintenant ça sera ainsi". Le ministre Jean-Baptiste Compaoré a traduit en langue nationale mooré ces mesures aux commerçants. Certains d'entre eux qui s'attendaient à des mesures plus avantageuses ont quitté la salle avant la fin de la rencontre. Son collègue de la Sécurité, d'un accent yadéga, demande en mooré la coopération des populations pour prévenir les troubles en appelant au 1010 gratuitement. Les messagers du gouvernement ont exhorté les acteurs de l'économie nationale au dialogue pour résoudre les problèmes rencontrés. Ils ont assuré que les préoccupations des populations au sujet de la vie chère sont prises en compte par l'Etat.

Les consommateurs se cherchent aux sens propre comme au figuré ; il faut donc des mesures aux incidences immédiates pour les soulager.

 

Abdou Karim Sawadogo

L'Observateur Paalga du 26 février 2008

 



25/02/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres