L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Des agents du ministère et des parents d'élèves interpellés

Fraudes au BEPC

Des agents du ministère et des parents d'élèves interpellés

Le directeur général de l'Office central des examens et concours du secondaire (OCECOS) a animé une conférence de presse dimanche 17 juin 2007 à Ouagadougou. Les suspicions de fraude ayant émaillé la session 2007 du BEPC étaient au centre de cette rencontre avec les hommes de médias.


Suite aux irrégularités liées aux suspicions de fraudes lors de la session 2007 de l'examen du BEPC, le ministère des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique a décidé de la reprise des épreuves de mathématiques et de physique dans les centres de Ouagadougou et de Bobo Dioulasso, ce jour même lundi 17 juin 2007. C'est l'information apportée par le directeur général de l'Office central des examens et concours du secondaire (OCECOS), Didace Gampiné, au cours de la conférence de presse qu'il a animée dimanche 16 juin 2007 à Ouagadougou. 7h30 - 9h30 pour les mathématiques et 10h - 11h30 pour les sciences physiques, tels sont les horaires arrêtés pour cette reprise ce matin. Près de 22 000 candidats pour Ouagadougou, et 12 000 à Bobo Dioulasso, doivent donc regagner les salles d'examen pour reprendre ces deux épreuves, selon les estimations de l'OCECOS. Revenant sur les circonstances de ces irrégularités, M. Gampiné a indiqué que tout était parti d'alertes de surveillants, le 2e jour de l'examen, sur des cas de documents non autorisés pris sur des candidats pendant la composition. Au total 35 élèves à Ouagadougou, et 5 à Bobo Dioulasso ont été pris dans cette situation, a-t-il expliqué, avant de poursuivre qu'un comité de crise a été aussitôt mis en place par le ministère, et des enquêtes policières ouvertes. Ce comité s'est mis à l'oeuvre pour l'organisation de la reprise de ces deux épreuves, et les enquêtes ont permis, en plus des élèves pris en flagrant délit, d'interpeller des parents d'élèves, des non-candidats et des éléments du personnel du ministère qui seraient impliqués dans cette situation. Selon le directeur général de l'OCECOS, les jurys rattachés aux centres de Ouagadougou et de Bobo Dioulasso sont aussi concernés par cette reprise. Il s'agit, entre autres, de Saaba, Tanghin-Dassouri, Komki Ipala, Komsilga, Koubri, Pabré, pour Ouagadougou, et de Léna, Karangasso, Toussiana pour Bobo Dioulasso. Au regard de l'ampleur de la rumeur en ville qui laisse croire que cette fraude concerne d'autres matières tels histoire-géographie, SVT, l'oral d'anglais et bien d'autres, les journalistes ont cherché à savoir pourquoi ne reprend-on pas toutes les épreuves sur tout le territoire national. A cette question, Didace Gampiné a indiqué que chaque année il y avait des soupçons de fraudes aux examens, mais ce n'était pas pour autant qu'il faille reprendre toutes les épreuves. Selon lui, à l'état actuel de la situation, les informations disponibles ne mettent pas en cause les autres matières au point où il faille les reprendre. Aussi, pour parer à toute éventualité, il a été décidé du changement de tous les sujets qui avaient été retenus pour le second tour du BEPC et pour les autres examens, a précisé M. Gampiné. Tout en indiquant que lui-même a été interpellé et auditionné dans le cadre de l'enquête, le directeur général de l'OCECOS a dit la détermination du ministère des Enseignements à tirer toutes les conséquences des conclusions de cette enquête.

Ladji Bama

Le Pays du 18 juin 2007



18/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres