L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Eh bien, reconstruisez maintenant ! (Coalition kenyane)

Coalition kenyane

Eh bien, reconstruisez maintenant !

 

Sur un cimetière encore en putréfaction, et loin de quelque 300 mille déplacés, les protagonistes de la crise kenyane consécutive au scrutin présidentiel controversé du 27 décembre 2007 ont fini par signer la paix des braves.

Ce dimanche 13 avril 2008 restera, en tout cas, un repère dans l’histoire de ce Kenya jadis convoité pour sa stabilité, et aujourd’hui rangé dans les mémoires d’une Afrique cherchant encore son salut dans une forteresse démocratique.

Peu importe l’expression des urnes du 27 décembre, Mwai Kibaki, le président sortant, et Raïla Odinga, son intime opposant, viennent de s’offrir le luxe d’une grande coalition gouvernementale pour construire un nouveau Kenya.

Raïla Odinga à la tête d’un gouvernement de 40 membres au sein duquel les belligérants sont représentés à parité, c’est la résultante des pressions exercées par la communauté internationale pour mettre un terme aux violences politico-ethniques, le menu postélectoral, qui ont fait des milliers de victimes innocentes.

A Kofi Annan, l’ancien secrétaire général de l’ONU, qui s’est découvert une âme de négociateur, le peuple Kenyan restera à jamais reconnaissant pour cette prouesse.

Avouons-le tout de même, une telle coalition gouvernementale est cher payée, car elle ne nécessitait nullement autant de sacrifices. C’est de bonne guerre, resté scotché à son fauteuil, Mwaï Kibaki, qui vient de bannir l’alternance démocratique de son vocabulaire politique, est maintenant à l’aise pour appeler ses convives à "construire un nouveau Kenya où la justice est notre bouclier (...) et où la paix, la justice et l’abondance existeront à travers le pays".

Dans l’attente de savoir si jamais la mayonnaise prendra, la société civile kenyane s’inquiète déjà, et à raison, de la pléthore de ministres face aux besoins immédiats de reconstruction de leur pays endeuillé. Si Mwaï Kabaki et Raïla Odinga ont, certes, réussi l’exploit de créer cette coalition, il leur reste maintenant à accomplir le miracle de la réconciliation nationale.

Pour peu seulement qu’ils veuillent parler d’une seule et même voix. Loin de nous, l’idée de jouer aux oiseaux de mauvais augure, mais les artisans de cette paix des braves devront rester sur le qui-vive. L’histoire nous enseigne, en tout cas, que dans cette Afrique aux mille maux, les volcans ne sont jamais définitivement éteints.

Bernard Zangré

L’Observateur Paalga du 15 avril 2008



15/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres