L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

"Elargissez le débat, vous connaîtrez des vérités camouflées"

Blaise Compaoré face à la presse

"Elargissez le débat, vous connaîtrez des vérités camouflées"

 

A la faveur du face-à-face du président du Faso avec des journalistes, le 5 août dernier, un citoyen, à travers  la lettre ouverte qui suit, saisit l'occasion pour faire quelques suggestions.

 

Excellence, votre face-à-face avec les journalistes a suscité des réactions de part et d'autre, démontrant ainsi que l'opinion nationale préfère cette analyse sur la vie de la nation  par rapport aux  discours se résumant à  du  catéchisme.

Excellence, avec ce face-à-face, vous arrivez à appréhender les réalités du  pays  profond. Du petit  éleveur de Nagarpoulou  au petit paysan de Nadialpoun en passant  par le forgeron de Pilimpikou, tous sauront que  vous aviez  réagi. 

Désormais, Excellence, veuillez élargir le quota  des  journalistes qui doivent vous interroger et ouvrir  une ligne téléphonique spéciale pour les auditeurs et téléspectateurs qui seront en communication directe  avec vous pour d'éventuelles  questions, critiques et suggestions. Cela donnerait plus de saveur à votre intervention et vous  permettrait de connaître des vérités  camouflées.

Excellence, la ponctualité est une denrée rare dans les services, cédant dangereusement la place à l'absentéisme chronique. Pour endiguer  ce  fléau  moral qui  fait  perdre  à  l'Etat des milliards, vous devriez  opérer des descentes inopinées dans les  services et faire  tomber des sanctions,  car  trop de laxisme tue parfois  la république. Il  faut sanctionner tous  les retardataires : gouvernants et  gouvernés.

Excellence,  les véhicules de service  souffrent  énormément et l'on assiste à  un usage abusif des biens de  l'Etat. Il  y a confusion, un  flou artistique dans leur usage. Il va falloir mettre de l'ordre, sinon  l'Etat perd.  Des états généraux sur l'usage des biens de l'Etat s'imposent.

Autres faits, Excellence, les bons d'essence  se  partagent  comme de  petits  pains,  il  faut y mettre   aussi  de  l'ordre.

Les cimetières de la capitale sont peu enviables, par  conséquent  pour  honorer nos morts, il leur  faut  des endroits dignes de ce nom, car certains cimetières sont devenus des sanctuaires de superstitions, de  drogués  et  de  bandits armés.

Merci,  Excellence

 

Bazyomo Jean Benoît

Université  Ouagadougou

L’Observateur Paalga du 28 septembre 2007



28/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres