L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Examens de fin d'année : Les brevets techniques pour commencer

Examens de fin d'année

Les brevets techniques pour commencer

 

Comme à l'accoutumée, conformément au calendrier, les examens de fin d'année au premier et au second cycle du secondaire démarrent avec les établissements d'enseignements technique et professionnel.

Hier, 4 juin 2008 donc, les candidats au Certificat d'aptitude professionnelle (CAP) et au Brevet d'étude professionnelle (BEP) sont allés à l'assaut de ces diplômes. Reportage dans deux centres d'examen à Ouagadougou.

 

Le lycée professionnel du Kadiogo (LPK), l'ex-collège d'enseignement technique de Ouagadougou (CETO), voisin du lycée Philippe-Zinda-Kaboré, est un centre d'examen pour les candidats (es) au Certificat d'aptitude professionnelle (CAP) et au Brevet d'étude professionnelle (BEP).

Le proviseur du LPK, Ramani Ouédraogo, que nous avons trouvé dans son bureau, à notre arrivée dans ce centre d'examen, était très affairé. Cependant, il nous accorda quelques minutes de son précieux temps.

"L'accueil et la mise en place des candidats, des examinateurs et des surveillants  ont été  effectués dès 6 heures. Et à 7 heures, après l'ouverture des enveloppes des épreuves, les opérations ont  démarré", a affirmé M. Ouédraogo. Il a ajouté qu'aucun incident n'a été constaté jusqu'à notre arrivée un peu après 11 heures.

Dans ce centre d'examen du LPK, on compte au total 1 216 candidats, dont 52 ont manqué à l'appel. Trois jurys sont logés dans ce centre. Il s'agit des jurys n° 1 CAP, n° 2 CAP et n° 2 BEP. Le Certificat d'aptitude professionnelle est cet examen que l'on peut passer 4 ans après son Certificat d'études primaires (CEP).

Il est l'équivalent, en nombre d'années d'études, du Brevet d'étude  du premier cycle (BEPC) dans l'enseignement général. Quant au Brevet d'étude professionnelle (BEP), l'élève titulaire du CAP peut au bout de 2 ans le préparer. C'est à peu près le niveau de la classe de 1re dans l'enseignement général.

Pendant que nous attendions la sortie de candidats afin de recueillir leurs impressions, le son strident d'une sirène nous fit sursauter. Comme si nous étions en salle d'examen. Il était 12 heures.

Un quart d'heure plus tard, nous interceptions une candidate. C'est Mafarma Ouattara. Elle vient du CPAM. Elle passe son CAP, option mécanique-automobile.

Elle a trouvé l'épreuve de français qu'elle a subie relativement abordable. Les mathématiques sont sa bête noire. Mafarma, qui dit vouloir être mécanicienne, se sent plus  à l'aise en pratique qu'en théorie.

Pacôme Sawadogo, quant à lui, cherche le BEP. Il vient du lycée Gabriel Taborin. En français, il a traité l'épreuve de dissertation. Elève moyen, un peu froid, Pacôme n'a pas voulu faire de commentaire, se contentant  de nous dire : "Je ne peux pas me prononcer".

Eric Kaboré vient du lycée Saint-Philippe de Koupèla, dans la province du Kourittenga, à 140 kilomètres à l'est de Ouagadougou. Lui et 18 de ses camarades sont logés au lycée Nelson-Mandela.

L'épreuve de français pour Eric était un peu abordable ; le sujet sur la législation et l'hygiène aussi, mais le temps n'a pas suffi, selon lui.

Ce n'est pas évident pour eux qui viennent de loin pour composer. S'il sont généralement assez bien logés, la restauration, qui est à leurs frais, pose quelquefois  problème.

Et Paul Yaméogo, professeur de mécanique-auto, qui accompagne chaque année ses candidats de noter que : "Outre le fait que c'est la première fois que les élèves viennent à Ouagadougou (il y a certainement un dépaysement : NDLR), il y a des difficultés liées à la nourriture. Quand on arrive, on s'abonne chez une restauratrice qui nous prépare à manger pour midi et pour le soir. Parfois, si ce n'est pas insuffisant, c'est la qualité qui laisse à désirer".

Le lycée privé le Technicien (LPT) est situé au secteur 17 de Ouagadougou. En plus des sections de secrétariat et de comptabilité, cet établissement forme en génie civil d'architecture et de construction. Pour la deuxième année consécutive, il abrite un jury en cette session 2008 des examens techniques.

A 12 h, un calme plat y régnait, les élèves étant en pleine concentration sur les épreuves de la matinée. Les premiers à finir se font discrets. S'ils ne revisent pas leurs cours pour aborder le sujet de l'après-midi, ils grignotent quelque chose qu'ils accompagnent avec de la sucrerie pour reprendre des forces.

A l'instar de Seydou Tani et d'Adjara Traoré, les candidats interrogés trouvent les sujets abordables et s'en remettent aux correcteurs pour espérer le succès au bout de l'effort.

Au niveau de l'Administration, le président du jury 11, qui compte 522 candidats, Djiguimdé Windesso, est au four et au moulin. S'il n'est pas au téléphone, il est au secrétariat.

Mais rassurez-vous, il n'y a pas de difficulté majeure : "C'est au début qu'il y avait quelques problèmes en secrétariat du fait du nombre de machines pour les saisies. Mais la question a été vite réglée.

On avait également des problèmes avec une élève à propos de son prénom, et une autre qui n'avait pas de numéro. Mais la Direction régionale a été contactée pour procéder à des vérifications".

Nous avons évoqué avec le proviseur du lycée professionnel du Kadiogo la question de la fraude pendant les examens. A ce sujet, Ramani Ouédraogo dira que des mesures sont prises pour parer à toute éventualité. Il y a 5 surveillants pour deux salles. Dans chaque salle, il y a deux surveillants : l'un en face des candidats et l'autre au fond de la salle. Le cinquième surveillant, qui est flottant, est là pour accompagner le candidat qui viendrait à vouloir aller se soulager.

Ce matin, pendant que les candidats des établissements d'enseignements technique et professionnel terminent leurs examens du CAP et du BEP, ceux de l'enseignement général entament celui du Brevet d'étude du premier cycle (BEPC).

 

Agnan Kayorgo

Adama Ouédraogo Damiss

L’Observateur Paalga du 5 juin 2008



05/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres