L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Fédération burkinabè de football : Nous pas bouger

Fédération burkinabè de football

Nous pas bouger

 

Ils devront encore attendre, ceux qui pensaient que Diakité et ses hommes annonceraient leur démission lors de l’assemblée générale extraordinaire de la Fédération burkinabè de football (FBF),tenue le samedi 23 juin dernier au centre technique national. L’événement n’a pas eu lieu, puisque les districts, les ligues régionales et les clubs ont renouvelé leur soutien au comité exécutif, qui ira jusqu’au bout de son mandat en décembre 2008.

 

Pour cette réunion d’information, la salle de réunions du centre technique national était comble pour la circonstance. Les ligues et districts (14 représentants), les clubs de D2 (13 représentants), le football féminin (12 représentants) et les clubs de D1 ( 36 représentants) ont répondu à l’appel du comité exécutif, qui eût été au grand complet s'il n'y avait eu l’absence du 2e vice-président, Jonas Bayoulou, souffrant.

Prévue pour 9 heures, c’est finalement à 10 heures que la rencontre a débuté.

On notait la présence du directeur général des Sports, Alexandre Yougbaré. 

Il y a eu une seule intervention, et elle a été prononcée par le président de la FBF, Seydou Diakité. Après avoir remercié la presse d’avoir accepté leur invitation à participer à cette assemblée générale extraordinaire convoquée dans un bref délai, il a déclaré que chacun devine les raisons de cette rencontre dans le contexte de la crise née de l’élimination précoce des Etalons de la course à la CAN 2008. C’est donc un secret de polichinelle que de dire que notre football est dans la tourmente. Selon Diakité, cette élimination nous affecte d’autant plus qu’elle a été marquée par des contre-performances du onze national à domicile ; il veut parler du match nul contre le Mozambique le 24 mars 2007, et de la défaite face à la Tanzanie le 16 juin dernier. Le comité exécutif de la FBF, a-t-il confessé, est profondément déçu, et avec lui tout le peuple burkinabè. « Nous sommes déçus parce que participer à Ghana 2008 était l’un de nos principaux objectifs », a-t-il ajouté.

Cet échec ayant plongé le football burkinabè dans la tourmente depuis le 16 juin 2007, chacun y va de son analyse, de ses accusations, de ses propositions.

 

Les casseurs de vitres

 

Pour le patron de la FBF, beaucoup de choses ont été dites sur cet échec. Comme lors de la conférence de presse du mardi 19 juin 2007, il a réaffirmé devant le peuple burkinabè que ses collaborateurs et lui assument leur part de responsabilités dans cette déconvenue. En tant que premiers gestionnaires de l’équipe nationale, ils comprennent pourquoi ils sont indexés par tous ceux qui sont mécontents de cet échec. Ils comprennent donc la colère manifestée par certains supporters. Mais ils souhaitent que chacun des acteurs du football ait le courage d’assumer sa part de responsabilités et sans complaisance.

Selon Diakité, ce match du 16 avril a été préparé dans une ambiance délétère avec une absence totale de communion d’âmes autour de l’équipe, une mobilisation coupable des supporters à des fins inavouées, des casseurs de vitres qui ont retourné leurs tee-shirts quand leur propre équipe était en difficulté. Ils étaient venus pour autre chose alors que les Etalons avaient besoin du soutien de tous.

C’est dans ce contexte difficile que la Fédération a tenu à rencontrer ceux qui leur ont fait confiance en décembre 2004.

Après son intervention, il y a eu une pause pour permettre au représentant du ministère des Sports et des Loisirs de se retirer. La presse n’a pas été autorisée à prendre part aux travaux.

 

Les conclusions des travaux à la FIFA

 

Pendant 6 heures, les délégués ont prêté une oreille attentive sur les principaux points à l’ordre du jour : élimination des Etalons, affaire de primes de match, organisation des matches, affaire Saboteur, salaires des entraîneurs et ainsi que des soigneurs, et élimination de l’équipe olympique sur tapis vert.

Les discussions, de sources bien informées, étaient très animées, et Diakité s’est évertué à couper toutes les rumeurs distillées parfois à dessein. A un moment, on lui a demandé quelle est aujourd’hui sa position après tout ce qui se passe. Resté imperturbable, il aurait déclaré qu’il ne démissionnerait pas. Dans la salle, ce fut un tonnerre d’applaudissements. Il a parlé clair comme pour dire qu’il a pris ses responsabilités.

A l’issue de la réunion d’information, les membres statutaires, dans une déclaration, ont renouvelé leur entière confiance au bureau exécutif de la FBF pour la mise en œuvre de son programme, approuvé lors de l’assemblée générale élective du 18 décembre 2004. En outre, ils ont invité le bureau exécutif à travailler instamment à l’assainissement de l’environnement du football national, pour plus de calme et de sérénité, nécessaires à la lisibilité des actions en cours.

Dans ce cadre, les participants l’ont encouragé à prendre toutes dispositions et initiatives idoines pour l’instauration d’un climat apaisé, de travail avec le ministère des Sports et des Loisirs ainsi qu’avec l’ensemble des partenaires. Enfin, ils ont recommandé au bureau exécutif de mener des actions pour le renforcement, de façon résolue, des capacités financières des clubs, base du développement de notre football et pour la promotion du football des petites catégories et de masse. Un groupe de travail chargé de réfléchir sur les actions à mettre en œuvre, sera mis en place.

Les conclusions des travaux, apprend-on, seront transmises à la FIFA, l’instance suprême du football.

Pour Diakité, il faut respecter les institutions qu’ils ont mises en place. La Fédération reste pour poursuivre son travail, et créera les conditions pour que la sérénité s’installe.

 

Justin Daboné

L’Observateur Paalga du 25 juin 2007



25/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres