L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Franchises universitaires au Burkina Faso : Une conception à double vitesse

Franchises universitaires au Burkina Faso

Une conception à double vitesse

 

Par suite  d'élections contestées de leurs délégués, les étudiants ont fait parler les gourdins sur le campus de Nasso. Ce qui donne une mauvaise image de ceux qui sont censés donner l'exemple de tolérance et d'opposition d'idées et non de personnes. Pour l'auteur des lignes qui suivent, "ces prétendus défenseurs des intérêts moraux et matériels des étudiants n'ont d'autre but que d'instaurer une pensée unique qui est la leur sur les champs universitaires".

 

Parcourant la presse écrite la semaine écoulée, notre affliction fut des plus grandes de savoir que nos campus universitaires sont depuis quelques années devenus des zones de non-droit sous le couvert de prétendues franchises universitaires. Les récents événements intervenus sur le campus de Nasso nous amènent à nous demander si des étudiants peuvent commettre des violences et voies de fait à l'encontre d'autres étudiants dans l'impunité la plus totale. Autrement dit, l'université serait-elle un Etat dans l'Etat burkinabé au point que leurs agissements ne puissent tomber sous le coup des lois régissant la vie en communauté ? Féroce défenseur du respect des franchises universitaires par le rejet catégorique de la police des universités, une certaine organisation d'étudiants s'illustre depuis quelques années dans une vendetta systématique à l'encontre d'autres étudiants à qui ils reprochent de ne pas voir les choses comme eux. A coups de slogans haineux du genre «A bas les fantoches !» ou «Nettoyons-les !», ces prétendus défenseurs des intérêts moraux et matériels des étudiants ne visent d'autre but que d'instaurer une pensée unique qui est la leur sur les champs universitaires. Reniant par ce fait le fondement même des franchises universitaires, qui est celui de garantir la liberté d'opinion, qui doit caractériser l'université.

Leur conception à double vitesse des franchises universitaires relève à l'évidence d'une malhonnêteté intellectuelle qui, depuis quelques années, a été contre- productive pour les étudiants.

A un moment où la question du logement étudiant se pose avec acuité du fait de l'afflux massif des étudiants à l'université, avec une demande forte de logements en résidence universitaire, cette insécurité récurrente qui tend à devenir chronique dont ils sont les seuls responsables n'est pas de nature à favoriser les efforts des autorités publiques quant à l'opportunité de consentir davantage d'efforts dans ce sens.

Invoquant tantôt la légitime défense, tantôt d'autres arguties pour justifier ces actes de barbaries, qui ne devraient pas être l'apanage d'intellectuels, ces militants endoctrinés et instrumentalisés, pensent-ils seulement à la raison première de leur présence sur le campus ? Pensent-ils encore dans leur furie animale à l'avenir de leurs camarades qu'ils compromettent ainsi? Pensent-ils enfin aux pauvres parents de leurs infortunées victimes, qui se saignent souvent à blanc pour pouvoir voir leurs enfants réussir et les sortir de cette sordide pauvreté ?

 

Une attitude belliciste

 

Notre analyse nous amène hélas à conclure par la négative.

De légitime défense, il n'en est rien, car leur «riposte», pour s'être étalée sur trois jours, ne satisfait pas à la condition de la concomitance de l'attaque. En outre, leur «riposte» n'est en rien proportionnelle à la prétendue attaque d'un de leurs camarades qu'ils allèguent.

Du reste, un syndicat d'étudiants digne de ce nom devrait pouvoir faire preuve de tempérance et de conciliation au lieu de cette attitude belliciste et vindicative, au nom du sacré saint principe de la défense des intérêts moraux et matériels de l'ensemble des étudiants.

Au surplus, il ressort de façon constante que c'est plutôt eux qui ont attaqué les résidants de la cité universitaire de Nasso à travers des perquisitions forcées et des battues. Est-il besoin de leur rappeler que nous sommes dans un Etat organisé, régi par des lois et des institutions interdisant ces réflexes d'autojustice qu'ils affectionnent tant ? Si leurs adversaires se sont soumis à la procédure de contestation des résultats prévue par les textes du CENOU, qui sont-ils, eux, pour ne pas utiliser ces mêmes voies de recours ?

 Pour être étudiants, ils ne demeurent pas moins des citoyens burkinabé dont les responsabilités pénale et civile peuvent être engagés à tout moment devant les institutions compétentes. Aussi, afin d'éviter que nos campus universitaires sombrent dans le chaos comme ce fut le cas dans une contrée voisine, nous préconisons au Gouvernement, au ministre de l'Enseignement supérieur, aux présidents des universités et aux responsables du CENOU de rompre avec toute forme de complaisance face à ce genre d'attitudes aussi irresponsables que criminelles qui, à force d'être tolérées, font des émules et s'érigent en règles. Par conséquent, il leur appartient de prendre instamment des décisions courageuses, notamment :

 - la mise en place de la police des universités afin d'éviter que des pertes en vies humaines surviennent des incessants affrontements entre les acteurs de la communauté universitaire ;

 - des sanctions disciplinaires fermes et exemplaires à l'encontre de ces fauteurs de troubles sans préjudices des suites judiciaires qu'on pourrait donner à l'affaire.

Se dérober à ces exigences serait une prime à la récidive, car il faut à tout prix instaurer la sécurité et la sérénité dans nos universités.

A bon entendeur, salut !

 

K. B. Ymahila,

Fonctionnaire diplômé de l'université polytechnique de Bobo

L’Observateur Paalga du 24 avril 2008



24/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres