L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Gratuité des manuels scolaires : Des écoles attendent toujours

Gratuité des manuels scolaires

Des écoles attendent toujours

La question de la gratuité des manuels scolaires est le sujet de beaucoup de débats, en cette période de rentrée scolaire. Au cours d'une tournée que nous avons effectuée le vendredi dernier, nous nous sommes rendus compte que dans certaines écoles les livres sont effectivement disponibles. D'autres cependant attendent toujours.

Les manuels scolaires dans les écoles primaires du Burkina sont désormais gratuits, à compter de cette rentrée scolaire. Cependant, l'effectivité de cette gratuité ainsi que son taux de couverture des écoles laissent encore certains perplexes.

Dans certaines écoles les livres sont déjà disponibles. C'est le cas par exemple de l'école Kalgondin "D", située à Kalgondin au secteur 14 de Ouagadougou, dans l'arrondissement de Bogodogo. Cette école a reçu ses livres depuis le 27 septembre dernier. Par contre, aux écoles primaires "Ecole cité" (publique) et évangélique Emmanuel (privée), deux établissements aux 1200 logements, les livres ne sont toujours pas disponibles. Il faut dire en fait qu'il a été mis en place un calendrier pour la distribution des livres. Chaque école devant attendre la date à laquelle elle a été programmée.

A la question de savoir si toutefois il sera possible d'atteindre le quota d'un livre par élève et pour toutes les matières, la directrice de l'école Kalgondin "D", Salimata Drabo, se veut rassurante. Selon elle, il n'y a aucun problème : chaque élève de son école aura ses livres (selon le nombre de matières dispensées dans sa classe). Même son de cloche de la part du directeur de l'école "Le petit monde", une école privée située dans le même quartier, Mamadou Guibo, qui est allé faire son enlèvement le 28 septembre.

Toutefois, il s'est révélé que dans tous les établissements que nous avons visités, ce sont plutôt les livres d'observation qui se font rares, même si les chefs de ces écoles rassurent tous que les lots que nous avons pu constater ne constituent qu'une partie de leur dotation.

 

Par Lassina SANOU

Le Pays du 2 octobre 2007

ENCADRE 1

Issoufou TAPSOBA, directeur de l'école primaire évangélique Emmanuel

"Il faut donner l'information juste aux parents d'élèves"

Selon Issoufou Tapsoba, directeur de l'école primaire évangélique Emmanuel, située aux 1200 logements au secteur 14 de Ouagadougou, certains parents d'élèves confondent la gratuité des manuels scolaires avec les autres frais à payer.

Est-ce qu'au niveau de votre école vous avez reçu les livres que l'Etat a mis gratuitement à la disposition des élèves?

Par rapport à la distribution gratuite des manuels scolaires, nous ne pouvons que remercier les autorités pour cette initiative parce qu'au Burkina Faso ce n'est pas facile, la vie est chère; très souvent, à la rentrée, les parents sont confrontés à des difficultés pour pouvoir faire face aux dépenses liées à la scolarité de leurs enfants. Nous avons été conviés comme les autres écoles à en recevoir. Notre école a été programmée pour le 3 octobre. Nous irons à la Direction régionale de l'Enseignement de base et de l'Alphabétisation pour récupérer lesdits livres. Nous avons notre planning conformément aux instructions qui nous ont été données par l'inspection ( circonscription de Ouaga 4). Avant de les donner aux enfants, nous allons d'abord procéder à l'estampillage des livres, conformément au calendrier que nous avons établi et transmis à l'inspection. Dès le 8 octobre nous allons procéder à la distribution.

Vos livres seront-ils estampillés "MEBA" ou serait-ce le cachet de votre établissement que vous allez mettre dessus?

On ne nous a pas encore donné la précision, mais nous avons une bibliothèque au sein de notre école ; donc, nous envisageons mettre le cachet de notre bibliothèque, même si l'administration a prévu aussi de mettre son cachet; puisqu'il nous a été dit qu'en fin d'année scolaire nous devons récupérer les livres et les garder pour les redistribuer l'année suivante. Donc, avant même de les distribuer nous allons d'abord procéder à une sensibilisation des enfants par rapport à comment entretenir ces livres.

Est-ce que tous vos élèves auront leurs livres?

Nous avons donné notre effectif, planifié selon nos estimations (ndlr, les inscriptions se poursuivent toujours). Notre école a demandé 560 livres, puisque nous avons des effectifs pléthoriques. Il nous a été demandé de transmettre nos états, par rapport aux livres que nous avons reçus antérieurement et nous attendons de voir si c'est pour compléter ou si nous aurons carrément de nouveaux livres.

Avez-vous une recommandation particulière à faire par rapport à la gratuité des manuels scolaires?

Nous souhaitons que l'année prochaine l'information juste soit donnée, parce qu'il y a certains parents qui ne comprennent pas bien ce que veut dire la gratuité des manuels. Cela n'est pas à confondre par exemple avec les cotisations APE qui nous permettent de règler certaines factures, ainsi qu'à payer le gardien et autres.

ENCADRE 2

Gare à vous libraires!

Aucun livre du primaire n'est à vendre. Tout commerçant qui se ferait surprendre en train d'en vendre est passible de sanctions. Cette mesure du ministère de l'Enseignement de base et de l'Alphabétisation, il faut le dire, ne fait pas l'affaire des libraires. "Comme vous le savez, les libraires ne sont pas du tout contents, parce que pour eux, nous sommes en train de bloquer leur marché", s'est laissé dire un agent du MEBA. Lorsqu'on fait le tour de quelques librairies de la capitale, on rencontre des commerçants qui se demandent ce qu'ils feront de leurs stocks de livres qu'ils n'ont pas pu vendre l'an passé et qu'ils gardent encore par-devers eux. Un vrai casse-tête, aussi bien pour ces commerçants que pour le MEBA, quand on sait que les premiers n'accepteront pas du tout de garder ces stocks, au risque de perdre, et que le ministère ne devrait pas les réprimer s'il s'agit vraiment d'anciens stocks; puisque ces livres ne portent aucunement le cachet de l'administration ou d'une école quelconque. A priori, on ne peut donc pas dire que ces manuels proviennent des magasins du MEBA. La question est embarrassante d'autant plus qu'il y a aussi des parents qui, par manque d'information, donc ne sachant pas que ces livres ne sont pas à vendre, n'hésiteront pas à les acheter. Sans oublier également qu'il existe certains parents qui préfèrent acheter carrément les livres pour leurs enfants plutôt que de compter sur ceux de l'école et qu'ils devront rendre une fois qu'interviendra la fin de l'année scolaire. Pour eux, cela suppose qu'il est inutile d'envisager des cours de vacances.

Mais, en fait, comment éviter que les livres du MEBA se retrouvent sur le marché? Question encore embarrassante à laquelle on ne peut répondre sans se demander aussi quel est le circuit de distribution, celui à travers lequel les manuels transitent, du magasin central qui se situe à Zogona à Ouagadougou, aux différentes écoles. De même, on peut se demander comment les livres sont gérés une fois qu'ils sont parvenus dans les différentes écoles. Quelles sont les garanties que le MEBA a prises pour que des cartons ne se perdent en cours de route. A ce qu'il nous a été permis de constater, les manuels ne portent pas encore le cachet de l'administration.

La question est d'autant plus légitime qu'en s'y penchant, dès maintenant, on évitera sans doute les risques de trouver un jour des livres du MEBA dans les rayons des "libraires".



02/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres