L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Grève au CNRST : Les chercheurs à la recherche de leurs indemnités

Grève de 48 heures au CNRST

Les chercheurs à la recherche de leurs indemnités

 

Les travailleurs du Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST) étaient en grève du 5 au 6 juillet 2007. Motif : réclamer de meilleures conditions de vie et de travail. A la conférence de presse tenue vendredi dernier, les délégués syndicaux ont affiché leur détermination à poursuivre la lutte en cas de non-satisfaction de leurs revendications.

 

Le personnel du Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST) est fâché. "Un chercheur qui se cherche ne peut plus faire de la recherche", voilà résumée par le responsable syndical Boubacar Yaro la situation des travailleurs de l'institution de recherche. Ils sont donc allés en grève d'avertissement les 5 et 6 juillet derniers.

D'abord pour protester contre l'absence de statut adéquat du personnel et contre le "manque de promotion et de motivation" dans leur carrière.

Ensuite, pour exiger des indemnités et des primes accordées aux agents publics de l'Etat mis à la disposition du CNRST, mais auxquelles n'ont pas droit les contractuels permanents (cf. le préavis de grève publié dans notre édition du vendredi 29 juin au dimanche 1er juillet 2007).

Avec un taux national de participation (y compris les différentes stations de recherche hors de Ouagadougou) estimé à 90%, cette grève d'avertissement, selon les animateurs du point de presse, revêt un caractère historique, "car c'est la première fois depuis la création de l'institution à l'époque coloniale que les employés observent un arrêt collectif de travail".

Face à la dépréciation continue du statut social des chercheurs sous l'œil indifférent des autorités (moins de 1% du budget consacré à la recherche), le Syndicat national des travailleurs de l'éducation et de la recherche (SYNTER) exprime son inquiétude sur les avancées de la science et de la technologie dans notre pays. "La recherche au Burkina Faso, malgré ce peu de moyens, reste l'une des plus efficaces dans la sous-région. Mais nous craignons que cela ne puisse continuer. Jusque-là, nous nous sommes sacrifiés ; mais le sacrifice a des limites", a prévenu le responsable de la coordination SYNTER du CNRST, Boubacar Yaro.

En cas de refus des autorités d'entendre l'avertissement ainsi donné, les grévistes promettent de monter une fois de plus au créneau. Sans toutefois se prononcer ni sur la forme ni sur la nature du prochain mouvement de protestation.

 

Alain Saint Robespierre

L’Observateur Paalga du 9 juillet 2007



08/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres