L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Grève des 13, 14 ET 15 mai : Les syndicats persistent et signent

Grève des 13, 14 ET 15 mai

Les syndicats persistent et signent

 

Les centrales syndicales du Burkina, CGT-B - CNTB - CSB - FO/UNSL - ONSL - USTB et les syndicats autonomes : SAIB - SATB-SAMAE-SATEB- SNEAB -SYNATEB -SYNATIC SYNTAS-SYNTRAPOST - SYNAPAGER-SYNATIPB

SYNATRAD-SYSFMAB- SYNATEL-UGMB à travers cette lettre adressée au ministre du Travail et de la Sécurité sociale maintiennent leur mot d'ordre de grève qui court en principe du 13 au 15 mai 2008.

 

Monsieur le Ministre,

Les organisations syndicales signataires du préavis de grève du 13 au 15 mai 2008, réunies ce jour 9 mai 2008 à la Bourse du Travail de Ouagadougou, ont examiné avec une grande attention votre correspondance n° 2008-77/MTSS/CAB en date du 8 mai qui évoque les efforts fournis par le gouvernement et par conséquent nous demande de suspendre notre mot d'ordre de grève.

Comme suite à cette correspondance, nous avons l'honneur de vous faire part des observations ci- après :

* Concernant les augmentations de salaires, nous continuons de penser que celles-ci, au regard de la baisse drastique du pouvoir d'achat des travailleurs, consécutive à la flambée générale des prix sont aujourd'hui incontournables. Le niveau de l'inflation impose aujourd'hui un relèvement conséquent des salaires pour permettre aux travailleurs aussi bien du public, du parapublic que du privé de survivre. Concernant particulièrement l'augmentation des salaires du privé, nous estimons que nonobstant la mise en place du comité mixte paritaire Syndicats/Patronat, l'Etat a un rôle régalien à assumer.

* Sur la baisse des prix, nous relevons que les mesures adoptées par le gouvernement ne visaient pas, comme vous le dites, à "soulager les populations d'une augmentation encore plus grande" mais à entraîner une baisse des prix des produits de première nécessité. Or, le constat qui s'impose est que les prix n'ont nullement baissé. Bien au contraire, les prix des produits visés ont continué à grimper et atteignent aujourd'hui des niveaux insupportables pour tout travailleur honnête.

Par ailleurs, nous pensons qu'il est malheureux de fermer les yeux sur la réalité pour aller fonder la pertinence des mesures sur le fait "qu'elles ont été adoptées par la suite par d'autres pays même plus nantis."

* Sur la réduction des taxes, nous notons que vous faites cas de mesures intéressantes comme la réduction des tranches et du taux de l'IUTS, I'institution d'une taxe spécifique sur les opérations bancaires. Malheureusement, il s'agit de mesures en vue prévues par "le document de stratégie de réforme fiscale". Or, le mouvement syndical a une expérience amère des promesses et même des engagements que prennent les gouvernements de la IVe République.

. Sur le relèvement des premières tranches de l'ONEA et de la SONABEL, nous relevons que c'est la seule revendication qui a reçu une réponse satisfaisante, particulièrement en ce qui concerne l'électricité, même si nous jugeons la date de prise d'effet assez éloignée.

* Sur l'application immédiate des points d'accord issus des dernières négociations, nous rappelons que suite aux réponses communiquées par le gouvernement à la veille de la grève des 8 et 9 avril derniers, nous avions, dans notre réponse écrite, indiqué que si le gouvernement estime que tous les points d'accords issus des négociations Gouvernement/Syndicats de novembre 2007 sont soit déjà appliqués, soit en cours d'application, il n'y a pas de raison qu'on attende mai 2008 pour en faire l'évaluation. C'est dire que nous sommes disposés à rencontrer le gouvernement à tout moment pour procéder à l'évaluation de la mise en oeuvre de ces points d'accord issus des négociations de novembre 2007.

* Enfin, sur l'examen diligent de la plate-forme d'action de la Coalition, nous prenons note que "certains points de cette plate-forme font déjà l'objet d'un examen". Cependant, ce qui nous préoccupe, ce sont les résultats de cet examen, lequel doit porter sur l'ensemble des points.

Monsieur le Ministre, comme vous pouvez le constater, hormis le point portant sur le relèvement des premières tranches de l'ONEA et de la SONABEL, les autres points de notre plate-forme n'ont pas reçu de réponse satisfaisante, à même de justifier une suspension de notre mot d'ordre de grève. Aussi avons-nous le regret de vous informer que, tout en restant ouverts au dialogue constructif, nous maintenons notre mot d'ordre de grève pour les 13, 14 et 15 mai 2008.

Pour terminer, Monsieur le Ministre, nous aimerions attirer votre attention sur des pratiques récurrentes du gouvernement qui ne sont nullement favorables au dialogue social. Il s'agit de la tendance à attendre la veille des grèves pour engager des discussions avec les syndicats d'une part, et d'autre part des tentatives de dénigrement des grèves avec notamment la proclamation de taux de participation dérisoires et des félicitations adressées aux non grévistes.

 

Veuillez croire, Monsieur le Ministre, en l'expression de notre détermination à exiger du gouvernement des réponses plus satisfaisantes aux préoccupations du monde du travail.

Ouagadougou, le 9 mai 2008

Ont signé:

 

Pour les Centrales syndicales :

Le président du mois

Jean Mathias LILIOU

Secrétaire Général de la CSB



Pour
les Syndicats Autonomes :

Le Président du mois

Victor S. HIEN

Secrétaire Général du SYNTAS

 

Le Pays du 13 mai 2008



13/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres