L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Guerre contre la vie chère à Bobo : "Des blessés, mais pas de mort"

Guerre contre la vie chère à Bobo

"Des blessés, mais pas de mort"

Les manifestants contre la vie chère à Bobo Dioulasso ont poursuivi le 21 février 2008 leur mouvement. Comme la veille, l’on a encore enregistré des casses et des destructions de biens publics, dont une jeep de la gendarmerie. C’est dans ces conditions qu’une délégation gouvernementale forte de 3 membres conduite par le ministre Clément P. Sawadogo de l’Administration et de la Décentralisation, est venue échanger avec des représentants des commerçants de la ville.

 

La journée du 21 février dernier à Bobo Dioulasso a débuté comme a commencé celle de la veille avec des manifestations de commerçants de la ville contre la vie chère dans le pays. Vers 9 h, les manifestants ont repris la rue aux abords du marché central, scandant : "Libérez, libérez !" Ils exigeaient en fait la libération de leurs camarades arrêtés la veille. Chargés à plusieurs reprises par les forces de l’ordre à coups de gaz lacrymogènes, ils disparaissent et réapparaissent. Vers 12 h 30, les grévistes se dirigent vers l’autogare, au secteur 21, où ils brûleront des pneus sur la chaussée. Délogés de là, ils se déportent sur le boulevard de la Révolution où ils vont saccager une jeep de la gendarmerie. Jusqu’à 14 h, c’était toujours la course poursuite entre eux et les forces de sécurité et de défense (FDS).

C’est dans ces conditions que le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Clément P. Sawadogo, et son collègue de la Sécurité, Assane Sawadogo, sont arrivés avec un message de soutien aux commerçants qui déplorent la situation. Ils seront rejoints plus tard par leur collègue de l’Economie et des Finances, Jean- Baptiste Compaoré. Et c’est ensemble qu’ils auront des entretiens dans l’après-midi avec les commerçants. Pour le ministre Compaoré, rien n’a été ajouté dans la loi pour pénaliser les opérateurs commerçants. L’on a juste décidé de l’appliquer à tout le monde. Clément P. Sawadogo a, pour sa part, invité les commerçants à s’impliquer pour mettre fin aux violences qui n’arrangent personne à terme. Le ministre Assane Sawadogo a indiqué que des mesures avaient été prises pour assurer la protection des édifices publics, à Bobo comme dans les autres localités du pays. Il a en outre souhaité une collaboration des populations dans le cadre de la recherche des cerveaux des manifestations. A propos des rumeurs sur d’éventuels morts lors des affrontements entre forces de l’ordre et manifestants, le patron du MATD rassure : "Il n’ y a pas eu de morts, mais des blessés graves." L’un d’entre eux devrait, selon le ministre Sawadogo, faire l’objet d’une évacuation à Ouagadougou, pour des soins appropriés. Quant au nombre des arrestations, il est estimé à plus d’une centaine.

Grégoire Bazomboué BAZIE

Le Pays du 22 février 2008



22/02/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres