L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Hauts-Bassins : Encore et toujours la crise ivoirienne

Hauts-Bassins

Encore et toujours la crise ivoirienne

 

Le rapport 2006 sur l’activité des services régionaux des Hauts-Bassins était à l’ordre du jour d’une session ordinaire qui s’est tenue les mardi 03 et mercredi 04 juillet 2007 dans la salle de conférence du gouvernorat. Présidée par le gouverneur de région, monsieur Mathieu Bêbrigda Ouédraogo, cette rencontre réunissait principalement les membres du Conseil consultatif pour le développement (CCRD).

 

L’examen des activités exécutées au cours de l’année 2006 laisse apparaître que celles-ci ont, dans l’ensemble, connu un bon niveau de réalisation. C’est la principale conclusion à laquelle sont parvenus les membres du CCRD qui, durant 2 jours, ont planché sur le volumineux rapport spécial 2006 soumis à leur appréciation. La souveraineté nationale, le développement humain et la promotion sociale, la production, le soutien à la production et, enfin, l’environnement et le cadre de vie constituent les points saillants de ce rapport. De ces différents points, c’est surtout la question de la souveraineté nationale à travers les volets protection civile et finances qui ont retenu notre attention. Parlant de la protection civile, il ressort du rapport que 1957 accidents de la circulation ont été enregistrés au cours de l’année dernière, et le nombre total de victimes décédées s’élève à 158 avec une distance totale de 77.787 km parcourue par la deuxième compagnie de la brigade nationale de sapeurs-pompiers.

Des chiffres assez révélateurs de l’insécurité qui prévaut sur nos routes, laquelle s'explique surtout par le non-respect du code de la route, l’imprudence des usagers, de plus en plus enclins à utiliser le cellulaire au volant et, également, le très mauvais état de certains véhicules, qui ne sont en réalité que des cercueils roulants. On se rappelle encore ce drame survenu sur le boulevard de la révolution lorsqu’un camionneur, pour défaut de freinage, a terminé sa course dans un caniveau non sans avoir emporté au passage des usagers qui étaient à l’arrêt d’un feu tricolore. Bilan : deux morts et de nombreux blessés. Et que dire de cet  autre camionneur qui, pour s’immobiliser à la vue du feu rouge, n’eut pas d’autre choix que d’aller percuter violemment l’arrière d’un autre véhicule ? De telles scènes sont devenues monnaie courante à Sya si fait que l’on s’interroge souvent sur l’efficacité voire même l’existence d'un service compétent chargé de l’attribution des certificats de mise en circulation de ces véhicules «au revoir la France» ou encore de la répression des graves manquements au code de la route. Le gouverneur de la région est donc interpellé et devra, pour les années à venir, travailler à assainir le milieu des transports routiers afin de sécuriser davantage nos voies urbaines mais aussi interurbaines, sur lesquelles les services de gendarmerie et de la police ont dénombré 215 accidents,  qui ont fait 262 blessés et causé 56 décès au cours de l’année 2006.

 

Des recettes en baisse

 

Quant aux finances, la région des Hauts-Bassins, comme on le sait, ne cesse de subir de plein fouet les effets collatéraux de la crise ivoirienne, qui ont fragilisé l’économie locale. Cela se ressent surtout au niveau de la zone industrielle, où la plupart des unités de production continuent de tourner au ralenti si elles n’ont pas mis la clé sous le paillasson ou tout simplement plié bagages pour aller voir ailleurs. Ce qui, à n’en pas douter, se répercute sur les montants des droits et taxes, qui connaissent une baisse sensible depuis 2002. Ainsi dans le rapport 2006, il est dit ceci : «Sur des recettes prévisionnelles de quarante et un milliards neuf cent quatre millions neuf cent quatre-vingt-onze mille cinq cent vingt- quatre francs (41 904 991 524) FCFA, représentant 23,08% de l’ensemble des objectifs de recouvrement de recettes de la Direction générale des douanes, la Direction régionale de l’Ouest a recouvré la somme de trente-neuf milliards trois cent soixante-cinq millions deux cent cinquante-trois mille cent six francs (39 365 253 106) FCFA, soit un taux de réalisation de 94,41%, cela, en raison de la persistance de la crise ivoirienne, qui affecte les fréquentations des offices de l’Ouest». Pour ce qui est des recettes fiscales, la situation n’est guère meilleure avec des recouvrements qui se chiffrent à six milliards quatre cent quatre-vingt-dix-neuf millions neuf cent six mille neuf cent six francs ( 6 499 906 906) FCFA pour le budget de l’Etat, et à un milliard cent trente-deux millions quarante-quatre mille huit cent quatre-vingt-quatre (1 132 044 884) FCFA pour les collectivités territoriales, soit un total de sept milliards six cent trente et un millions neuf cent onze mille cent quatre-vingt-dix francs (7 631 911 790) FCFA. «Les contre-performances ont été observées surtout à Bobo- Dioulasso où les effets de la crise ivoirienne sont beaucoup ressentis au niveau des unités industrielles. Pire, la création de Faso Coton à Ouagadougou, de la SOCOMA à Fada N’Gourma suite à la privatisation de la SOFITEX, et la réquisition des agents pour l’opération spéciale de recensement fiscal ont eu des effets négatifs sur les résultats de l’exercice 2006», a indiqué la Direction régionale des impôts. Le moins que l’on puisse dire est qu’à l’Ouest du Burkina, les choses vont mal, et les chiffres publiés par les directions des douanes et des impôts sont assez révélateurs du marasme économique dans lequel s’est engluée la région de Bobo depuis le déclenchement de la crise ivoirienne. A quand alors le bout du tunnel ?

 

 

Jonas Apollinaire Kaboré

L’Observateur Paalga du 5 juillet 2007



05/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres