L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Incidents entre militaires et civils: le calumet de la paix

INCIDENTS ENTRE MILITAIRES ET CIVILS

Les antagonistes fument le calumet de la paix


48 heures après les incidents entre militaires et civils, qui ont fait plusieurs blessés et des dégâts matériels importants les antagonistes sous la médiation du chef de canton, du grand imam et du président de la communauté musulmane ont fumé le calumet de la paix.

C’était au cours d’une rencontre du cadre de concertation mis en place par le chef de corps et qui comprend la hiérarchie militaire, les autorités coutumières et religieuses, les para-militaires et des personnes ressources. Cette toute 1re rencontre de crise de ce cadre de concertation qui a eu lieu au domicile du chef de canton avait pour objectif de réconcilier les 2 parties et d’enterrer la hache de guerre. Une mission bien réussie car on a aperçu la délégation faire le tour des concessions des victimes dans une ambiance empreinte de convivialité et de fraternité. Pour le chef de corps, le chef de bataillon Gilles Bationo, le comportement des jeunes soldats se démarque nettement de la philosophie d’une armée républicaine. "Si des soldats se retournent contre des populations civiles qu’ils sont censés protéger, cela devient grave. C’est pourquoi des sanctions disciplinaires à la hauteur des fautes commises seront prises contre les fautifs" a-t-il dit. En attendant les résultats des investigations qui détermineront les auteurs de ces actes de violence, la quasi-totalité de la promotion des jeunes soldats est en quartier consigné dans la nuit du 25 juin. Selon certaines sources, ces incidents pèseront inéluctablement dans la promotion des auteurs. Le chef de corps a, au nom du commandement et de la haute hiérarchie militaire, demandé pardon aux victimes et à la population. Aussi a-t-il remercié le chef de canton et ses notables, le grand imam, le président de la communauté musulmane, les autres forces de défense et de sécurité qui se sont investis d’une manière ou d’une autre à limiter les dégâts et à ramener le calme et la sérénité dans cette ville cosmopolite. Quand on sait que sans paix, aucune action de développement ne peut s’envisager, sa démarche a été hautement saluée. Il s'est engagé également à prendre en charge les frais médicaux des différentes victimes. Faut- il le rappeler, dans la nuit du 25 juin dernier, la colère rouge d’une quinzaine de jeunes soldats du RPC consécutive à une bagarre entre un des leurs et un groupe de jeunes à cause d’une fille, a poussé ces jeunes soldats à frapper à coup de ceinturon toute personne qu’ils rencontraient sur leur chemin. Ce comportement et cette animosité se sont vite transformés en émeute dans la ville de Dédougou. Plusieurs blessés et des dégâts matériels importants ont été enregistrés.

Par Serge COULIBALY

Le Pays du 2 juillet 2007



02/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres