L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Kaya : Echanges sans tabou avec “Karen-saamba” (1)

Commune de Kaya

Echanges sans tabou avec “Karen-saamba” (1)

 

Le maire de Kaya, Mahama Belemviré, conseiller pédagogique à la retraite, s’est entretenu le 18 juillet 2007 avec des hommes de média. Les échanges, qui ont porté sur des sujets sans tabou aucun, ont abordé de thèmes relatifs à la vie de la commune.

 

Cette rencontre avec la presse se situe dans le cadre des activités du conseil municipal de Kaya. Pour le maire de la ville, Mahama Belemviré, c’est la nouvelle option de l’équipe qu’il dirige, à savoir “faire de l’information un outil de participation de l’ensemble des citoyens à la vie de la commune”. Celui-ci a fait aux journalistes un compte rendu de la dernière session du conseil municipal, en date du 20 juin 2007, qui s’est penchée sur le budget supplémentaire de la commune. Il a été procédé à un réajustement, eu égard à l’exécution inégale des différentes rubriques budgétaires au cours du premier semestre 2007. Ainsi les provisions de certaines rubriques, qui n’ont pas été suffisamment consommées, seront réaffectées à d’autres volets déficitaires par rapport aux prévisions de départ. A en croire le maire Belemviré, “l’adoption du budget supplémentaire devrait permettre à la commune et à ses structures de fonctionner normalement jusqu’à la fin de l’exercice budgétaire 2007”. Il a dit avoir fait part au conseil d’une requête de la Société nationale des postes (SONAPOST), sollicitant un terrain appartenant à la commune pour y bâtir ses locaux, lesquels étaient prévus pour abriter des activités connexes dont l’ouverture d’un cybercafé haut débit. Cette question, que le bourgmestre de Kaya avait commis la mégarde de ne pas soumettre au conseil, a donc suscité des débats contradictoires au terme desquels le conseil a jugé inopportun d’attribuer à la SONAPOST ledit terrain, préalablement destiné aux activités culturelles des jeunes. Il a laissé entendre que dans les jours à venir, des concertations seront menées avec le collectif des associations de jeunes de la commune afin de trouver l’investissement idéal à y réaliser à leur profit. Il n’exclut pas des démarches vers   leurs partenaires traditionnels pour obtenir un soutien technique et financier afin de réaliser sur le terrain un projet répondant au mieux aux aspirations des jeunes et qu’eux-mêmes auront choisi.  M. Belemviré s'est réjoui que cette décision vienne couper court à la rumeur qui l'accusait de vouloir brader le terrain des jeunes alors qu'il n'en a jamais été question mais plutôt d'une cession.

Mahama Belemviré a terminé son exposé liminaire par un  compte-rendu de sa mission du 21 au 26 juin dernier à Châtellerault en France. Une séance de travail avec le comité de jumelage de cette ville à cette occasion a accouché de perspectives heureuses. Kaya bénéficiera d’un bâtiment avec des bureaux qui seront affectés aux associations partenaires de la ville de Châtellerault et qui servira de siège au comité de jumelage local de la commune. Et ce n’est pas tout, car, toujours selon le maire, Châtellerault a décidé d’importer des produits artisanaux de maroquinerie de Kaya. C’est là un avantage, a-t-il dit, que le conseil œuvrera non seulement à consolider mais en élargissant le cercle des villes jumelles de Kaya avec la possibilité de développer des relations commerciales.

Signalons qu’à cette rencontre, le maire était entouré de ses premier et deuxième adjoints et d’autres collaborateurs administratifs et associatifs. La pénurie d’eau à Kaya,  le problème d’assainissement, le non-respect de la réglementation de la circulation, le sort des 70 villages rattachés à la commune de Kaya… Ce sont là les questions, entre autres, qui ont nourri les échanges des journalistes  avec les conférenciers. Le problème d’eau, a annoncé le maire, sera bientôt résolu avec le projet d’approvisionnement en eau potable de la ville à partir du lac Dem, lancé le 22 mars dernier. Mais le chantier a connu un retard d’exécution ; ce, suite au non-respect des normes de distance de la tranchée de la tuyauterie avec la voie.

Résultat, l’entrepreneur a dû reboucher le trou pour reprendre les travaux en respectant les consignes des techniciens. Après un an de fonctionnement, le conseil cite à son actif la réalisation de caniveaux, de ponts, la réfection des voies, la construction d'une école, d'un magasin et d'un bureau… A cela s’ajoute le ramassage des ordures en partenariat avec deux associations. Il existe des difficultés à ce niveau car, selon le 1er adjoint au maire, Hamidou Zamtako, certains citoyens, en l’occurrence des commerçants du marché, seraient réticents à consentir 150 F pour la propreté de leur cadre de travail. Quant au sort des 70 villages rattachés à Kaya, Mahama Belemviré a indiqué qu’ils n’ont pas été pris en compte dans le budget communal. Toutefois, il a été demandé à chaque village de faire un programme local de développement en fonction de ses priorités.

 

Hamidou Ouédraogo

L’Observateur Paalga du 20 juillet 2007

 

 

Note : (1) Karen-saamba, enseignant, instituteur



20/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres