L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

La presse se mobilise pour affermir la démocratie

Festival international de la liberté d’expression

La presse se mobilise pour affermir la démocratie

 

La salle de conférences du CBC regroupe depuis hier, 11 avril 2007, des journalistes d’Afrique et d’Europe pour un colloque sur le thème : «Sauver la liberté d’expression et de la presse pour renforcer la démocratie». L’ouverture de ce forum marque le point de départ de la deuxième édition, du 11 au 14 avril, du Festival international de la liberté d’expression et de la presse (FILEP).

 

Renforcer la liberté d’expression et de la presse pour approfondir la démocratie en Afrique. Tel est le but ultime de la deuxième édition du FILEP (festival international de la liberté d’expression et de la presse), qui se tient cette semaine dans notre capitale.

 

Quelque 150 invités venus d’une trentaine de pays d’Afrique et d’Europe participent à ce grand forum organisé par le Centre national de presse Norbert Zongo. Parmi les nombreuses activités prévues au cours de cette semaine, un forum d’échanges sur la liberté d’expression et de la presse et surtout sur les conditions d’exercice de la profession de journaliste en Afrique et particulièrement dans notre sous-région. Ce colloque international se tient depuis hier dans la salle de conférences du Conseil burkinabé des chargeurs (CBC) autour du thème : «Sauver la liberté d’expression et de la presse pour renforcer la démocratie».

 

Au cours de la cérémonie d’ouverture, placée sous le patronage de M. Roch Marc Christian Kaboré, président de l’Assemblée, les intervenants se sont succédé à la tribune, présentant tour à tour leur point de vue. Pour la plupart, ces interventions se sont appesanties sur la question de l’effectivité de la liberté de presse en Afrique. Alors, «que serait le monde sans journalistes ?» s’est interrogé l’Ivoirien Alfred Dan Moussa, vice-président international de l’Union de la presse francophone (UPF), pour qui les journalistes ont payé trop cher et souvent de leur vie, l’exercice d’un métier qui reste indispensable à la bonne marche de nos sociétés.

 

Autre sujet évoqué au cours de cette cérémonie, le respect de l’éthique dans les médias. Ainsi pour Ibrahim Famaka, président de l’Union des journalistes d’Afrique de l’Ouest, un journaliste  qui ne respecte pas la déontologie serait comparable à un soldat en état d’ébriété avancé et qui tirerait sur tout ce qui bouge. Dans le même ordre d'idées, son confrère Pedro Amoussou du Forum des éditeurs d’Afrique de l’Ouest a, pour sa part, déclaré que si la libre expression reste un droit, elle doit être associée au devoir d’éthique.

 

Après les discours, la journée d’hier s’est poursuivie avec l’examen des deux sous-thèmes que sont : «L’état des lieux de la liberté d’expression et de presse en Afrique» ; et «L’environnement socioculturel des médias et la liberté d’expression et de la presse».

 

Dans l’après-midi, les festivaliers ont  visité, devant le Centre national de presse Norbert Zongo, le marché du commerce équitable ouvert au public pendant toute la durée du festival. Plus tard, ils ont assisté au vernissage de l’expo photos et caricatures, ouverte elle aussi au public dans l’enceinte du Centre.

 

H. Marie Ouédraogo

L’Observateur Paalga du 12 avril 2007

 

 

Programme des manifestations

Jeudi 12 avril: 18h30  projection débats au CBC

Vendredi 13 avril: 16h clôture du colloque

20h30 soirée gala au mess des officiers et remise du prix Norbert Zongo

Samedi 14 avril : 9h procession sur la tombe de Norbert Zongo

20h30 concert au jardin de la musique Reemdogo



12/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres