L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

La réponse du petit berger de Berdoba ? (Attaque du MJE à Khartoum)

Attaque du MJE à Khartoum

La réponse du petit berger de Berdoba ?

 

Le 13 mars à Dakar, il n'y avait sans doute que le président Abdoulaye Wade et son ministre des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, pour faire semblant de croire que l'accord signé par les chefs d'Etat tchadien et soudanais tiendrait la route.

Mais Gorgui, qui recevait le 11e Sommet de l'Organisation de la conférence islamique (OCI), tenait à son parchemin, et même si Omar Hassan El Béchir, après avoir posé un lapin à ses illustres interlocuteurs le 12 sous prétexte d'une migraine fort diplomatique, a traîné les pieds le lendemain pour apposer sa précieuse signature au bas du document, Ban Ki-Moon, Omar Bongo Ondimba, Alpha Oumar Konaré, Jakaya Kikwete et tous les témoins de la scène faisaient mine d'y croire.

C'est que tout cela avait un air de déjà vu, puisque ça faisait le sixième arrangement politique conclu par les bonnes volontés, qui ne manquent jamais sur le continent, pour réconcilier les gens même si, bien souvent, les fruits ne tiennent pas la promesse des fleurs;

Comme c'est le cas présentement. Alors, l'envoyé spécial de "l'Observateur" au sommet de l'OCI écrivait au sujet de ce nouvel accord : «Ce pourrait donc être» en attendant le prochain, "car, si l'un et l'autre (Déby Itno et Béchir Ndlr), qui entretiennent la subversion chez son voisin, ont pris de nouveaux engagements devant la Oummah, autant dire devant Dieu, les problèmes restent entiers de part et d'autre de la frontière et ils ne vont pas se résoudre du jour au lendemain».

Il ne croyait pas si bien dire. Deux petits mois auront en effet suffi pour qu'on déchire le texte dakarois, confirmant ainsi ses sombres projections.

Le Soudan a en effet décidé ce week-end de rompre ses relations diplomatiques avec le Tchad après l'attaque samedi d'Omdurman, la ville jumelle de Khartoum, par le Mouvement pour la justice et l'égalité (MJE). C'est la première fois que le plus puissant, militairement parlant, des groupes rebelles du Darfour fait le coup de feu aux portes de la capitale, avec des armes lourdes de surcroît. Béchir y voit naturellement la main de son adorable ennemi, l'ancien petit berger de Berdoba (dans l'est du Tchad), qui s'est empressé de démentir. De même, quand N'Djamena a accusé le Soudan d'être derrière les rebelles tchadiens qui, en début février, auraient mis fin au pouvoir des Zagawa n'eût été le soutien de la France, Khartoum s'est écrié, les yeux au ciel : Bon Dieu, quel mensonge ! C'est toujours ainsi quand l'un accuse l'autre.

Il faut dire qu'ils commencent vraiment à nous fatiguer, ces deux despotes, hier alliés, qui nous jouent aujourd'hui un détestable colin-maillard politique.

En fait, il doit y avoir quelqu'un de trop dans cette affaire, à moins que ce ne soit tous les deux et tant qu'ils seront au pouvoir, leurs pays respectifs ne connaîtront jamais la paix. Vivement donc qu'ils s'en aillent, d'une manière ou d'une autre.    

 

L’Observateur Paalga du 12 mai 2008



12/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres