L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

La vie chère au menu de l’assemblée générale des municipalités

Association des municipalités du Burkina

La vie chère au menu de l’assemblée générale

L’Association des municipalités du Burkina Faso (AMBF) s’est réunie le 17 avril dernier en assemblée générale. Contexte national oblige, la flambée des produits de première nécessité a été au cœur de l’allocution du maire de la capitale, Simon Compaoré, hôte de la session et président de séance.

« Avant tout propos, je voudrais vous inviter à observer une minute de silence à la mémoire de notre collègue Guinguiri Yaméogo, maire de la commune rurale de Yalgo, tombé sur le champ de bataille depuis notre dernière rencontre ». C’est par ces mots que Simon Compaoré s’est adressé aux 157 élus locaux réunis dans la vaste salle du conseil de la ville de Ouagadougou, pour l’assemblée générale ordinaire de l’AMBF.

Notons que cette rencontre semestrielle regroupe les membres du bureau national ainsi que ceux des bureaux des 13 régions du pays. Elle vient en effet à la suite du 3e congrès statutaire, tenu les 10 et 11 août 2006 à Ouagadougou, en présence des représentants des 302 nouvelles communes rurales, portant ainsi à 351 le nombre d’adhérents à l’Association.

A l’ordre du jour de la présente session :
 le bilan des activités 2007 ;
 la proposition de programme d’activités 2008 ;
 l’examen du budget 2008 ;
 le point des cotisations et des droits d’adhésion.

Dans son propos, Simon Compaoré a tenu à saluer les maires qui, dans un contexte marqué par le renchérissement des produits de première nécessité et malgré les conditions difficiles de démarrage, sont parvenus à poser des actes concrets allant dans le sens de l’amélioration des conditions de vie de leurs concitoyens.

Il a appelé les maires du Burkina à jouer pleinement le rôle qui est le leur en pareille circonstance. « Nous devons chercher d’une part à comprendre, et d’autre part à participer au travail de sensibilisation entrepris par les autorités centrales ».

Ainsi, pour le maire de Ouagadougou, les élus locaux doivent donner aux populations les vraies informations relatives à la situation ; les sensibiliser au changement des habitudes alimentaires, tout en mettant l’accent sur la consommation des produits locaux ; promouvoir enfin les cultures vivrières telles que le riz « parce que non seulement le marché intérieur existe, mais aussi et surtout parce que le prix du riz importé ne cesse de grimper ». Simon Compaoré a enfin salué l’action des maires dont les communes ont connu des troubles, les assurant du soutien fraternel de l’ensemble de leurs pairs.

H. Marie Ouédraogo

L’Observateur Paalga 18 avril 2008

 

 



18/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres