L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Le CILSS prévoit des inondations et des risques d'invasion acridienne lors de la saison agricole 2008

Saison agricole 2008

Le CILSS prévoit des inondations et des risques d'invasion acridienne

 

Le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) a organisé le 6 juin 2008 à Niamey au Niger, une conférence de presse sur les prévisions pluviométriques et des débits des grands fleuves d'Afrique de l'Ouest. Il s'est agi, en cette veille de saison agricole, de donner aux décideurs et autres acteurs du monde agricole des informations utiles en vue d'une gestion efficiente de la saison naissante.

 

Disposer d'informations prévisionnelles sur la pluviométrie à la veille d'une saison agricole est une précaution stratégique d'importance pour une bonne gestion de cette saison. C'est pourquoi, chaque année, en début de saison hivernale, le CILSS s'évertue , au moyen des prévisions saisonnières des pluies et des débits des fleuves en Afrique de l'Ouest (PRESAO), à mettre à la disposition des décideurs, ainsi que de l'ensemble des acteurs du monde agricole les informations prévisionnelles sur l'état probable de la pluviométrie au cours de la future saison. Cela a pour avantage, dit-on, d'informer à temps et de permettre aux uns et aux autres de prendre les dispositions utiles pour une gestion efficiente de la saison.

Cette année encore, sacrifiant au rite, l'institution a convié la presse, le 6 juin 2008 au Centre régional AGRHYMET (institution spécialisée du CILSS) de Niamey en vue d'une vulgarisation de ces prévisions pour la saison 2008. Il ressort de ces prévisions que la saison pluvieuse aura une tendance normale à très excédentaire en Afrique de l'Ouest en général, et excédentaire à très excédentaire dans les pays du CILSS. L'exercice consiste, selon le directeur général du centre AGRHYMET, Mohamed Yahya Ould Mohamed Mahmoud, à l'aide de modèles statistiques et de modèles de circulation générale de l'atmosphère, à donner une appréciation qualitative et probabiliste des cumuls pluviométriques sur la période de juillet à septembre et des débits pour les périodes de hautes eaux des grands fleuves de la sous-région par rapport à la moyenne trentenaire de 1961 à 1990. "Pour l'instant, a-t-il précisé, la prévision ne concerne ni les dates de début, ni les dates de fin de saison, ni non plus la répartition temporelle des pluies pendant l'hivernage".

 

Le Burkina dans la zone très excédentaire

 

Les zones prévues excédentaires et très excédentaires sont celles où le cumul pluviométrique de la période juillet-août-septembre sera supérieur à la normale des 30 dernières années. Ainsi donc, les pays du Sahel occidental que sont la Mauritanie, le Sénégal, la Gambie et la Guinée Bissau sont en zone jugée très excédentaire. Le Sahel central (Mali et Burkina Faso) est en zone excédentaire à très excédentaire. Au Burkina Faso, précisent les experts, à l'exception de l'extrême nord qui est en zone excédentaire, le pays est entièrement situé dans la zone très excédentaire. Concernant la prévision hydraulique (débit des fleuves), il est prévu au titre de l'année 2008, une hydrolocité supérieure à la moyenne des 30 années (1960-1990), au niveau de la majorité des bassins. Toute chose qui présage, à en croire les spécialistes du CILSS, une forte probabilité des crues et d'importants risques d'inondation. Les bassins versants en Afrique de l'Ouest méritent de ce fait, avertissent-ils, une surveillance rapprochée, notamment au niveau de la Volta, le Niger supérieur et le Sénégal.

 

Entre espoirs et craintes

 

Au cas où cette prévision se réaliserait, avec une bonne répartition temporelle, la région sahélienne connaîtrait de bonnes productions agricoles et pastorales, a-t-on appris des experts du CILSS. La pluviométrie étant le principal facteur limitant de la production agro-sylvo-pastorale au Sahel. Toutefois, on redoute du côté du CILSS, la probabilité que l'on assiste à des phénomènes exceptionnels comme les inondations et la perturbation des opérations culturales du fait des importantes quantités d'eau. En outre, ajoutent-ils, la probabilité de bonne pluviométrie dans les régions désertiques du Sahel, laisse augurer les conditions de développement du criquet pèlerin. Les experts recommandent, pour cela, une surveillance accridienne plus accrue pour déceler précocement tout début de multiplication ou de regroupement de cet insecte nuisible aux cultures.

Les experts reconnaissent de nombreux avantages à la prévision saisonnière des pluies et des débits (PRESAO). Important outil pour la sécurité alimentaire, elle permet aussi une bonne gestion des ressources en eau, sans oublier sa capacité d'alerte sur les risques d'inondation. A la suite de la conférence de presse, les journalistes ont pu visiter sur le terrain certaines installations et projets soutenues par le CILSS dans les environs de Niamey.

 

Ladji BAMA

Le Pays du 10 juin 2008

 

ENCADRE

Qu'est-ce que le Centre AGRHYMET ?

 

Institution spécialisée du CILSS, le Centre régional AGRHYMET, créé en 1974, est un établissement public inter-étatique doté de la personnalité juridique et financière. Sa mission est de contribuer à la sécurité alimentaire, la lutte contre la désertification et la maîtrise de l'eau dans le Sahel par le renforcement des capacités des institutions nationales, la production et la diffusion d'informations à l'endroit des décideurs politiques et autres usagers. Centre d'excellence reconnu par le CAMES comme institution d'enseignement supérieur, AGRHYMET a des formations qui visent le renforcement des capacités de conception et d'exécution des cadres africains dans les domaines de la sécurité alimentaire, de la gestion des ressources naturelles, de la lutte contre la désertification et de la protection de l'environnement. AGRHYMET, c'est aussi la première source d'information pour les prises de décisions avisées concernant la sécurité alimentaire, la lutte contre la désertification, la maîtrise de l'eau. Compétence technique et scientifique confirmée dans le suivi de la campagne agricole, le bilan alimentaire, l'alerte précoce, le centre a comme principaux pôles d'intérêt le suivi des cultures, la situation alimentaire, le suivi phytosanitaire et acridien, la climatologie et la météorologie, l'estimation des pluies et l'hydrographie, etc.

Concernant le suivi acridien particulièrement, un programme spécifique existe au sein du centre à ce sujet. C'est le PRELISS (Programme régional de lutte intégrée contre les sauteriaux au Sahel). Financé par la coopération danoise, ce programme a pour objectif la mise en oeuvre d'outils d'aide à la décision pour une meilleure gestion des populations acridiennes au Sahel en général et du criquet sénégalais en particulier. Contribuer à la réduction de la pauvreté grâce à une meilleure maîtrise des fléaux acridiens, tel est le but de ce programme qui ambitionne aussi d'entraîner une réduction importante des pertes de récoltes dues aux sauteriaux. Le PRELISS qui est à sa phase finale en ce moment a enregistré des acquis significatifs. Au nombre de ceux-ci figurent le développement d'un modèle spatialisé et d'un modèle de simulation de la dynamique des populations des criquets sénégalais en un seul point fixe, l'élaboration et la mise en oeuvre d'un protocole d'échantillonnage des données des 4 pays participant au programme (Burkina Faso, Mali, Niger et Sénégal), l'octroi de bourses d'études, etc.

 

Source: AGRHYMET



10/06/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres