L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Le cri du cœur de Salif Diallo

AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE

Le cri du cœur de Salif Diallo

 

Le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques, Salif Diallo, a séjourné dans la région des Cascades les 6 et 7 mars 2008. Venu pour le lancement de l’approvisionnement des populations de Banfora, de Niangoloko et de Bérégadougou, Salif Diallo a mis son séjour à profit pour visiter les périmètres aménagés, sur lesquels les irrigants, en collaboration avec les techniciens du PADL/CLK, produisent différentes variétés de céréales.

 

Le premier site visité par le ministre de l’Agriculture avant de se rendre à Niangoloko pour le lancement de l'adduction en eau potable (AEP) a été celui de Niofila dans la Léraba. Sur ce site, 511,25 hectares sont exploités dont 125,5 en maïs, 85,5 en riz, 4,5 en fruits, 28,5 en manioc et patate, 120,25 ha d’oignon. L’arachide et le niébé occupent 103 hectares et les autres légumes tels le piment, la tomate, le chou sont cultivés sur 44 hectares. Les retombées financières prévisionnelles des exploitants de la plaine sont estimées à 857 millions 945 mille F CFA pour une production toutes denrées confondues de 5 993,25 tonnes. Après Niofila, Salif Diallo s’est rendu à Dangouindougou, dernier village burkinabè avant la frontière avec la Côte d’Ivoire, où il est allé apporter ses encouragements à nos compatriotes venus de Côte d’Ivoire. Le vendredi 7 mars, ce sont les sites de Tengrela 1 et 2 qui ont accueilli le ministre et sa suite. Aux exploitants des parcelles et à leurs encadreurs, Salif Diallo a donné des conseils et formulé des recommandations. C'est ainsi qu'il a demandé aux paysans de prioriser l’utilisation de l’engrais naturel afin de diminuer le coût de la production, instruit les encadreurs pour le remplacement de certaines semences, qui ont montré leurs limites, par d’autres dont le rendement est jugé meilleur. "Je suis satisfait du travail que vous abattez et je vous demande d’augmenter autant que possible la production afin que l’excédent céréalier que vous produirez puisse être convoyé vers le Centre et le Nord où vos compatriotes, du fait de la pluviométrie, n’ont pas de bonnes récoltes." Ce cri du cœur, Salif Diallo l’a lancé également aux producteurs aussi bien à Niofila, à Dangouindougou, à Lémouroudougou qu’à Tengrela. Durant la campagne sèche, les paysans installés sur les sites par le PADL/CLK font deux récoltes dont les retombées finacières leur permettent de faire face aux besoins de leurs familles. Soungalo Son, par exemple, affirme qu’il réalise un bénéfice net de 2 millions sur l’exploitation d’un hectare d’oignon. C’est peut-être ce qui justifie la ruée ces temps- ci vers cette spéculation dans la plupart des sites. Mais Salif Diallo est soucieux de l'auto-suffisance alimentaire dans tout le pays. C’est pourquoi il a souhaité que les paysans de la région des Cascades reviennent à la production du maïs et que le surplus soit convoyé dans la partie nord du Burkina où le sac est présentement vendu à plus de 14 000 F CFA.

Cette volonté du ministre a reçu des échos favorables chez les producteurs qui lui ont tout de même soumis leurs inquiétudes.

 

Mamoudou TRAORE

Le Pays du 14 mars 2008



14/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres