L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Le grain de sel de Yé Bognessan, de Mahamadi Kouanda et du Dr Michel Zabramba

Le grain de sel de Yé Bognessan, de Mahamadi Kouanda
 et du Dr Michel Zabramba

 

Le patron de la coordination des CR du Front populaire, le médecin commandant Yé Bognessan, a évoqué, lui, les multiples efforts déployés par Blaise pour que le Burkina renoue avec l’Etat de droit. Pour cela, il a renvoyé les jeunes à la première intervention du capitaine Blaise Compaoré le 19 octobre : «Je vous invite à le relire, dans ce premier  discours, le président Blaise Compaoré était partisan de l’ouverture, de la création de partis politiques dissous sous le CNR ; ensuite il  pris un Kiti (décret) me nommant patron de ceux qui devaient rédiger la constitution, nous avons travaillé du 3 mai au 14 octobre 1990, sur la Constitution burkinabè, et nous avons remis notre document à Blaise qui l’a promulgué en juin 91. Mais je vous dis que cela n’a pas été facile, des gens de notre camp étaient opposés à cette ouverture, mais Blaise disait toujours que  si on a réuni tout ce monde, c’est pour dialoguer, sinon on aurait pu s’enfermer avec nos Kalach pour écrire la Constitution. Ceci pour vous dire que sans la volonté de Blaise, il n’y aurait pas eu d’Etat de droit au Burkina».

- Quand à Kouanda Mahamadi, il a évoqué ses va-et-vient entre Ouaga et Pô, pour remettre des commissions à Blaise et à ses amis. C'était donc le facteur de service.

- Michel Zabramba est un ami, presque un frère des Compaoré, surtout de François Compaoré. Il confie : «cela me fait mal quand j’entend certains sankaristes s’en prendre à François Compaoré. Je voudrai ici témoigner sur le fait  qu’il n’est pas seulement le frère du président, mais qu’il a été un acteur de l’ombre, il a participé aux actions… Je me rappelle qu’un jour, il a supplié, presque pleuré sur la route de Pô, pour dire à Blaise de ne pas se rendre à Ouaga ; «parce que c’est mon frère, j’ai ce droit», avait-il lâché à ceux qui insistaient, y compris Thomas Sankara,  et finalement Blaise a rebroussé chemin, il faut que les gens sachent ce qu’il a fait jadis avant   de l’anathémiser».

 

L’Observateur Paalga du 22 octobre 2007



22/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres