L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Le plus jeune député est de l’UDPS

Députés de la 4e législature

Le plus jeune est de l’UDPS

 

Ces derniers temps, c’est la mode : chaque parti, surtout de l’opposition, qui a participé aux dernières législatives, invite les journalistes pour faire le bilan de cette élection passée. L’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social) n’a pas dérogé à cette règle, qui a donné une conférence de presse le vendredi le 18 mai 2007 dans la salle de conférence de maison du retraité Antoine-Nanga. L'attraction du jour a été surtout le candidat gagnant du parti, Laounikoun Bénilde Somda, qui sera le plus jeune député de la 4ème législature.

 

Né en 1976, Laounikoun Bénilde Somda de la province du Ioba (Dano) sera le plus jeune député de la 4e législature

 

Généralement dans ce genre de rencontre, les journalistes savent ce qu’on va leur servir, et c’est dommage, pour ne pas dire frustrant. C’est souvent la même phraséologie habituelle qui donne une impression de déjà entendu. Les élections ont été  "entachées de fraude massive", une majorité «stalinienne» s’installe à l’Assemblée nationale, un scrutin qui «était tout sauf transparent»… Bref, la ritournelle habituelle qui pourrait être moins lassante s’il y avait un animateur hors pair dans le groupe, comme l’inénarrable Laurent Bado par exemple. Mais il y avait tout de même quelqu’un d’assez amusant au sein du présidium pendant la conférence de presse de l’UDPS : Il s’agit d’Alfred Kaboré, qui a l’avantage d’utiliser un langage moins alambiqué, donc terre à terre et qui, par conséquent, fait toujours  mouche. Morceaux choisis : «Je ne suis pas d’aujourd’hui et je vous assure que je n’ai jamais assisté à une aussi mauvaise élection…Quelle est la différence entre ce futur député fraudeur qui va siéger à l’Assemblée et ce coupeur de route qui vous a tendu un guet-apens dans un bas-fond ? Aucune !».

Le seul siège de député obtenu a-t-il fait d’eux de mauvais perdants ? Se sont interrogés bien des auditeurs. «Pas du tout ! Pas du tout !», ont assuré les principaux animateurs du jour. Seulement, argumentent-ils, le parti au pouvoir a utilisé des méthodes des plus déloyales pour avoir une supra-majorité à l’Assemblée. Le coordonnateur national de l’UDPS, Fidèle Hien : «Nous ne sommes pas de mauvais perdants mais nous regardons les choses en face. Et le doyen Alfred Kaboré d’ajouter avec son sens de la repartie : «Messieurs les journalistes, s’il est possible qu’il y ait de mauvais perdants, pensez surtout aux  mauvais gagnant qui sont les plus nombreux. Et je tiens à voir cette expression dans vos commentaires».

L’UDPS est une alliance de quatre partis qui sont la CODEF (Fidèle Hien), la CDS (Djezzouma Sanou), la CNDP (Alfred Kaboré) et le MDR (François Ouédraogo). Créée le 10 février 2007, elle s’est, pendant les législatives passées, présentée sur les listes provinciales et sur une liste nationale. Cette union, qui a pour symbole le parapluie, a rapporté un député, en la personne de Laounikoun Bénilde Somda. Banquier de formation et recruté depuis 1999 à la BACB, il a d’abord fait ses armes politiques à l’UNDD. A l’issue des municipales où il été élu conseiller, il a quitté, avec Fidèle Hien, le parti de la panthère pour créer la CODEF. 

Aujourd’hui c’est la consécration pour lui, qui va bientôt siéger comme député de la province du Ioba (Dano). Ce qui est intéressant dans son parcours, c’est qu’il sera le plus jeune de la 4e législature à représenter une circonscription électorale à l'Assemblée nationale. A cette évocation, il ébauche un sourire avant de reconnaître : «Etant de novembre 1976, c'est fort probable, en effet, que je sois le plus jeune parlementaire». Et même si aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années, il pense qu’un grand défit l’attend, lui qui est le seul représentant de son parti et le seul de sa province ; surtout qu’à l’écouter, son élection relève du parcours du combattant. Ça n’a pas été facile, et tous les coups étaient permis dans ma zone». Etant le benjamin, il aura l’honneur, avec le doyen des futurs parlementaires, de présider la toute première rencontre pour la formation du bureau de l’Assemblée nationale

 

Issa K. Barry

L’Observateur Paalga du 21 mai 2007



21/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres