L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Restauration du clitoris à l’ «Hôpital du Plaisir» : Provoquer le choc

Restauration du clitoris à l’ «Hôpital du Plaisir»

Provoquer le choc

Une opération chirurgicale en vue de la restauration du clitoris. Leurre ou lueur? En tout cas, c'est ce que proposent les Raéliens aux femmes victimes de l'excision et qui seraient désireuses de retrouver les sensations que procure cet organe. Un hôpital dénommée "Hôpital du plaisir" verra le jour bientôt à Bobo-Dioulasso à cet effet. C'est ce sujet qui était au centre d'une conférence de presse qui a eu lieu le 28 septembre dernier à Ouagadougou.

"Mourir par l'excision, plus jamais ça !" C'est le slogan qui accompagne le combat que les Raéliens mènent présentement contre l'excision en Afrique. En effet, le 28 septembre dernier, les promoteurs du mouvement raélien au Burkina ont organisé une conférence de presse à Ouagadougou. L'ordre du jour de cette conférence a porté sur la contribution du mouvement à la lutte contre l'excision. La conférence a été animée par des guides nationaux du mouvement, en l'occurrence le docteur Benoît Da Sié, psychiatre, et Salia Siribié, ingénieur en génie civil. Ceux-ci avaient à leurs côtés le docteur Pierre Voldic, un spécialiste canadien qui a en charge la construction de l'"hôpital du plaisir".

L'hôpital du plaisir, c'est en fait un hôpital qui propose aux femmes victimes de l'excision de retrouver le vrai goût du plaisir sexuel grâce à la restauration de leur clitoris, selon les conférenciers du jour. Et comment ? Il s'agit d'une découverte du médecin français Pierre Foldes et qui permet de restaurer le clitoris en procédant par une opération chirurgicale.

L'ambition de ses promoteurs c'est de vulgariser cette pratique. Clitoraid est une ONG créée par le "prophète Rael" à cet effet. L'ONG est représentée au Burkina par une association dénommée "Voie féminine de l'épanouissement (AVFE)". La réparation du clitoris n'est pas une pratique aussi nouvelle comme on pourrait le penser ; elle existe déjà, au Burkina même. Présente à la conférence, Fahir Dah, une jeune fille de 22 ans qui a en bénéficié a rassuré l'auditoire quant à la fiabilité de l'opération. Elle a prétendu avoir entièrement retrouvé "tout le sens du plaisir sexuel" après son opération le 8 juin 2006. A l'hôpital du plaisir, la réparation du clitoris se fera gratuitement, grâce à une collecte de fonds au plan international; de sorte à décourager ceux qui veulent continuer à pratiquer l'excision, ont soutenu les conférenciers.

Selon le constructeur canadien, la première phase de l'édifice coûtera 50 millions F CFA. Cela concerne uniquement le bâtiment, sans compter le coût des équipements (appareils médicaux et autres). L'hôpital du plaisir sera construit avec des matériaux locaux spéciaux et sera la plus belle construction de Bobo Dioulasso (effectivement c'est à l'entrée de cette ville que sera érigée l'infrastructure), a dit Pierre Voldic. Le constructeur qui rejoindra son pays cette semaine, a confié qu'il reviendrait en décembre prochain pour le démarrage des travaux.

L'hôpital du plaisir. Il ne fait de doute que ce sera une bâtisse qui va choquer les fanatiques de la pudeur, aussi bien par sa dénomination qu'à travers les activités qui y seront menées. Justement, "que ça choque ! c'est ce que nous voulons", a répondu sans sourciller le Canadien selon qui il serait surtout préférable de défendre la pudeur en mettant carrément fin à la pratique de l'excision, plutôt que de s'en prendre à ceux qui veulent réparer les préjudices faits à la femme.

A propos de l'autorisation de construction de l'hôpital du plaisir au Burkina, il existe une convention entre le ministère de la Santé et l'AVFE.

Lassina SANOU

Le Pays du 5 octobre 2007



05/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres