L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

«Le portrait robot du Premier ministre se dessine à la Présidence»

Futur Premier ministre

«Le portrait robot se dessine à la Présidence» (Roch Marc Christian Kaboré)

 

Aussitôt après la proclamation définitive des résultats des législatives 2007 par le Conseil constitutionnel, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a organisé une conférence de presse, hier, dans l’enceinte de son siège sis avenue Kwamé Nkrumah. Le bilan et les incidences politiques de la victoire du parti de l’épi et de la daba ont été les points essentiels des échanges.

 

Comme d’habitude, la rencontre a eu lieu dans l’imposant hangar, au fond de la cour qui abrite le siège du parti sis avenue Kwamé NKrumah. A l’entrée et aux premières loges, les invités VIP du parti de l’épi et de la daba. A l’arrière, une présence imposante de militants. En somme, une conférence de presse aux allures de rencontre politique avec le ban et l’arrière-ban du CDP. Déjà, le samedi 12 mai 2007, soit quelques heures après la proclamation des résultats provisoires par la Commission électorale nationale indépendante, le parti, dirigé par Roch Marc Christian Kaboré, avait invité ses militants au même endroit pour fêter la victoire. Aujourd’hui, le Conseil constitutionnel a confirmé les résultats prononcés par l’institution de Moussa Michel Tapsoba. Même si l’ambiance n’est pas aux grandes envolées lyriques et à la jubilation des jours de triomphe, la bonne humeur, face à cette majorité confortable obtenue, est perceptible sur les visages des militants de ce parti, qui, rappelons-le, a obtenu 73 des 111 sièges des députés qui vont composer la prochaine législature. 

Avant de se prêter aux questions, Roch Marc Christian Kaboré, dans sa déclaration liminaire, a adressé une pique à certains partis de l’opposition en interpellant les journalistes : «Dans vos différentes productions, vous avez fait écho de propos malveillants et mensongers, de procès d’intention, de nos contempteurs à l’égard de notre grand parti, qui traduisent l’amertume de leur défaite. Notre parti ne saurait s’attarder sur des états d’âme qui visent à émouvoir et à rechercher des effets médiatiques». Maintenant que la victoire du CDP, qualifiée d’écrasante  par un journaliste, est confirmée, l’on n’a pas besoin d’être un analyste politique hors pair pour savoir que le nouveau président de l’Assemblée sortira du sérail du CDP. Mais sur l’identité du futur élu, c’est mystère et boule de gomme. Et Salif Diallo de brouiller encore plus les pistes : «Ce sont des questions internes à notre parti. Soyez patients et vous le saurez ! Retenez seulement que nous venons de gagner une bataille et derrière cette bataille, il y a des généraux qui ont permis la victoire». La question sur l’identité de celui qui pourrait prendre la place de l’actuel Premier ministre sera aussi mise sur le tapis. Comme les membres qui composent le présidium sont proches du saint des saints, on imagine bien que cette interrogation sur le portrait robot du futur chef de l’exécutif n’était pas des plus superflue. La réponse tout aussi énigmatique, ce qui ne surprend guère, d’un Roch Marc Christian Kaboré : «C’est le chef de l’Etat qui nomme le Premier ministre. C’est donc à la Présidence que se dessine le portrait robot dont vous avez besoin».  D’autre part, que l’on ne compte surtout pas sur les caciques du CDP pour avoir un avis sur l’issue de la guéguerre entre les partis de l’opposition à propos du choix de leur futur chef de file. A écouter les différents intervenants, ce sont des tiraillements entre partis de l’opposition.

Mais, il y a tout de même deux points sur lesquels les principaux orateurs du jour n’ont pas beaucoup fait dans la langue de bois. Le premier aspect, qu’ils avaient d’ailleurs soulevé aussitôt après la proclamation provisoire par la CENI, c’est le marquage à la culotte que le parti fera sur les futurs locataires CDP à l’Assemblée nationale. Le suivi des députés sur le terrain sera plus renforcé. Et le président du parti de prévenir : «Nous allons veiller à ce que le député joue son rôle dans sa zone». Le second point a concerné l’attitude de certains partis de la mouvance présidentielle durant les législatives passées. Une attitude qui ne serait pas loyale et que les bonzes du parti au pouvoir ne semblent pas avoir appréciée ni près d’oublier. Et l’on a comme l’impression que s’il y a un gâteau à partager, l’on en tiendra compte. Explications non dénuées de menaces de Salif Diallo :«Certains partis de la mouvance n’ont pas joué franc jeu. Ils passaient leur temps à critiquer le CDP et la politique du chef de l’Etat  qu’ils sont censés pourtant soutenir».

Attendons donc de voir à quelle sauce «ces indélicats» seront mangés.

Issa K. Barry

L’Observateur Paalga du 30 mai 2007



30/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres