L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Les enfants-soldats

Les enfants-soldats

"Un enfant soldat "? Ça ne veut rien dire parce que soit on est un enfant, soit on est un soldat". C'est là une réflexion (...) faite par un enfant âgé de 10 ans seulement. Il a bel et bien raison cet enfant parce qu'il s'agit là de deux termes tout à fait antinomiques. Le contraire de "enfant," c'est "adulte" et un soldat est "un homme adulte équipé et instruit par l'Etat pour la défense du pays" selon le petit Larousse. L'usage du terme "enfant-soldat" est pourtant d'usage fréquent en ce siècle. L'enfant -soldat est considéré comme un combattant âgé de moins de 15 ans ou de moins de 18 ans selon les législations. L'organisation des Nations unies estime à 300 000, le nombre d'enfants-soldats actuellement en activité. Ce phénomène est le lot quotidien de la plupart des pays en guerre. Les enfants sont kidnappés dans les écoles, les églises, les stades et dans les rues à l'âge de 7 , 8 ans. D'autres par contre, poussés par la pauvreté, l'absence d'éducation, vont se faire enrôler dans les forces armées gouvernementales ou rebelles. D'un pays à l'autre, l'appellation varie : "Little bees" en Colombie, "Kadogos" en RD Congo, "Craps" au Rwanda, "Small soldiers" au Liberia. Drogue, meurtres, vols, viols, missions-suicides deviennent les maîtres-mots de ces êtres humains transformés en de véritables machines à tuer. Les enfants soldats ne connaissent ni la peur, ni aucune limite dans l'horreur. Certains enfants sont utilisés comme main d'œuvre, terroristes, espions ou esclaves sexuels ( pour les fillettes qui sont par ailleurs, exposées aux maladies sexuellement transmissibles). Le manque d'expérience de cette mission prématurée fait que les enfants subissent de plus graves accidents que les adultes qui les mutilent et les paralysent. La souffrance des enfants-soldats est non seulement physique mais également psychologique. On dénombre 1300 victimes par jour et plus de dix millions visant un véritable cauchemar, violés dans leur dignité, traumatisés à vie et rejetés par la société et leur famille, tout simplement parce qu'ils ont tué.

Ismaël Bicaba

Sidwaya du 29 mars 2007



29/03/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres