L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Les problèmes d'un militaire réhabilité

Les problèmes d'un militaire réhabilité

 

Dans ce témoignage, Ouétien Coulibaly évoque ses difficultés pour rentrer dans ses droits de gendarme mis à la retraite forcée.

 

"En 1983, Coulibaly Ouétien, Gendarme de son état, a été mis à la retraite forcée avec d'autres camarades militaires sans motif; purement politique. C'était par décret n°059/CNR/Pres du 13 septembre 1983. Au départ, on aurait pu dire que tous ceux qui voulaient emprunter le train de la Révolution pouvaient le faire en toute sécurité. Au lieu de cette sagesse, on a préféré la solution radicale en mettant fin à la carrière de tous les anciens, sous prétexte que ces derniers étaient susceptibles d'empêcher la naissance de la Révolution. Quelle idée ! Quelques années après 1983, précisément en 1995, on nous dit que nous sommes réhabilités (soi-disant) mais de façon très forfaitaire. C'est ainsi qu'on paie à chacun d'entre¬ nous une pincée d'argent dont le montant est égal pour tout le monde.

Sur conseil d'un sage, je constitue deux dossiers d'une même valeur soit dix pièces par dossier et les transmets, l'un au Premier ministère qui examine les réclamations, et l'autre au Conseil d'Etat sous forme de contentieux. Dans ces dossiers, je demande que l'Etat me paie 4 ans de solde de présence, années qui correspondent à ma limite d'âge pour être admis à la retraite. Le Conseil d'Etat a fait son travail et après plusieurs va-et-vient entre Ouaga et Dédougou, il n'a pu prendre une décision et me renvoie vers le Premier ministère pour une solution éventuelle. AIlez-y comprendre ! Découragé, je laisse tout tomber. Pour ma part, je conçois que, dès lors qu'une réclamation est formulée, mon cas devient individuel et devrait être examiné avec la plus grande objectivité. Malheureusement ça n'a pas été le cas et les faits sont là, pathétiques, réels, palpables, voire irréfutables.

En conclusion, nous sommes en droit d'affirmer qu'au Burkina, l'homme est soumis à l'injustice sous toutes ses formes."

 

Le Pays du 16 novembre 2007



16/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres