L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Les syndicats dénoncent le nouveau système d'évaluation dans la Fonction publique

Evaluation dans la Fonction publique

Les syndicats dénoncent le nouveau système

 

La Coordination des syndicats des travailleurs de la Fonction publique a animé le mercredi 16 juillet 2008 à la Bourse du travail (à Ouagadougou), une conférence de presse portant sur le nouveau système d'évaluation des agents publics de l'Etat.

 

Le nouveau système d'évalution des agents publics de l'Etat n'est pas du goût de la Coordination des syndicats des travailleurs de la Fonction publique. Une Coordination créée en 2004 et forte de dix sept mouvements syndicaux, qui a marqué sa désapprobation le mercredi 16 juillet 2008 à Ouagadougou, au cours d'une conférence de presse. Les syndicaux dont la déclaration a été lue par Mamadou Barro, secrétaire général du SYNTER, dénoncent "un système foncièrement inique, subjectif et anti-travailleur qui exempte de fait les ministres, les députés, les ambassadeurs, les consuls généraux et les présidents d'institutions..."

Alors que les responsables chargés de la notation ne sont notés, comme indiqué, que sur la base du taux de réalisation de leurs programmes d'activités, les agents quant à eux, sont évalués selon des critères que le mouvement syndical dénonce à savoir, la compétence professionnelle, la conscience professionnelle et le sens du service public. Des critères pouvant porter un coup à la carrière des agents, du fait de leur caractère subjectif, s'indigne-t-on. Les syndicats ont aussi fustigé le caractère rétroactif de la mesure puisque la notation doit se faire depuis l'année 2006 avec tous les risques liés aux éventuels changements de hiérarchie. Il est également question de probité, de respect de la hiérarchie, en ce qui concerne les sous-critères. Le mouvement syndical pense que la réforme de la fonction publique entreprise vise essentiellement "la maîtrise de la masse salariale en cherchant coûte que coûte à bloquer au maximum les carrières et les avancements des travailleurs".

 

Améliorer les conditions de travail

 

Parlant de méthodes de gestion à l'image de celles appliquées dans des entreprises où seul le profit maximum est la règle, les responsables syndicaux ne comprennent pas que l'on exige autant du travailleur, sans se soucier des conditions de travail au niveau des services publics de l'Etat. La Coordination a laissé entendre que le gouvernement tente un passage en force pour faire respecter la mesure avec les bénédictions de ceux que l'on appelle, "les relais zélés dans l'administration" qui useraient de tous les moyens pour faire échouer la lutte. Et à l'endroit du gouvernement, la Coordination rappelle que "les travailleurs des différents secteurs d'activités adhérent à la position des organisations syndicales et sont plus que jamais déterminés à se battre". Des agents seraient l'objet de pressions, intimidations et autres menaces afin de remplir les fiches d'évaluation. Si certains agents ont rempli ces fiches incriminées, la Coordination reste convaincue que la grande majorité s'abstiendra, en attendant l'offensive annoncée qui pourrait se traduire par des mouvements dans les rues. L'exemple d'autres pays où la mesure existe a été cité pour décrire ce qu'on peut appeler, la galère des travailleurs.

 

Philippe BAMA

Le Pays du 17 juillet 2008



17/07/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres