L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Lutte contre la fraude : Avec les vendeurs de cellulaires, la communication ne passe pas

Lutte contre la fraude

Avec les vendeurs de cellulaires, la communication ne passe pas

 

 

Les vendeurs de téléphones portables de la ville de Ouagadougou ont fermé leur boutique hier pour protester contre la convocation de plusieurs de leurs camarades par la Coordination nationale de lutte contre la fraude. Celle-ci entend lutter contre une fraude qui serait organisée par un homme d'affaires depuis l'Angleterre.

 

Hier, pour s'acheter un téléphone portable ou des accessoires de ce produit ancré maintenant dans nos mœurs, il fallait beaucoup tourner pour tomber sur une boutique qui en vend. Inquiétés par la saisie  de portables par la Coordination nationale de lutte contre la fraude, bien de commerçants avaient fermé leur boutique. Ils voulaient ainsi se solidariser autour de l'Union  des associations des vendeurs et revendeurs de cellulaires du Burkina (UVRCB). Selon le président de cette structure, Rasmané Koanda, une soixantaine de portables a été saisie par la Coordination nationale de lutte contre la fraude, et une dizaine de ses camarades ont reçu des convocations. Ce qui a causé la panique au sein des revendeurs, qui se sont retrouvés le mercredi 25 juillet 2007 pour entreprendre des négociations avec les autorités. Selon le vice-président de l'UVRCB, Christian Tapsoba, connu sous le nom de Goroko, les responsables de la lutte contre la fraude les ont bien reçus, et ont décidé d'instaurer un dialogue pour régler la situation. C'est pour cette raison que les responsables du Syndicat ont demandé aux commerçants d'ouvrir leurs kiosques et de se garder de se soulever comme ils en avaient l'intention.

A la coordination nationale de lutte contre la fraude, le premier responsable, Dieudonné Marie Compaoré, nous a expliqué qu'un homme d'affaires d'origine Juive a organisé une fraude depuis l'Angleterre pour faire entrer cinq mille (5 000) portables dans notre pays. Grâce aux informations fournies par Celtel et Telmob, on a pu remonter, selon lui, à la société  y impliquée qui a reconnu le fait de fraude. Après l'avoir frappée d'une amende de 64 millions de nos francs, la coordination a voulu poursuivre les investigations surtout quelle a reçu une note du ministère du Commerce à cet sujet. Cette lettre, dont nous avons eu copie, souligne que la vente de téléphones portables est une activité en pleine croissance, mais  exercée dans des conditions de concurrence déloyale par la plupart des acteurs qui, "manifestement s'adonnent à la fraude". Selon ledit ministère, le seul grand importateur qui accomplit toutes les formalités légales est la Société MEDIUM International TELECOM qui "curieusement n'est pas celle qui livre les plus grosses quantités  aux sociétés de téléphonie mobile. Une information qui, selon le coordonnateur, a redoublé la vigilance de sa structure. Dans le cadre de ces contrôles, Namalgué Salif a été convoqué, mais n'a pas daigné répondre, en disant qu'il  n'a pas le temps. Ce dernier est  entré, selon Dieudonné Marie Compaoré, dans la clandestinité mais sera retrouvé. Pour apaiser la situation, le coordonateur a ordonné la remise des portables saisis, et compte approfondir le dialogue avec l'appui de ses supérieurs pour que "la fraude ne tue pas ce commerce".

Les vendeurs se sont donné  rendez-vous vendredi pour faire le bilan des discussions avec les autorités. Celles-ci doivent faire plus d'effort dans la communication qui, pour l'instant, ne passe pas.

 

Abdou Karim Sawadogo

L’Observateur Paalga du 26 juillet 2007



26/07/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres