L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Me Sankara à la conquête du Sanmatenga

Législatives 2007

Me Sankara à la conquête du Sanmatenga

 

Dans le cadre de la campagne pour les législatives du 6 mai prochain, l’Union pour la renaissance/Mouvement sankariste (UNIR/MS) a tenu un meeting le 18 avril 2007 à Kaya, chef-lieu de la province du Sanmatenga. Le parti a demandé à ses nombreux militants de lui accorder leur confiance pour un changement au Burkina Faso.

 

Le 18 avril dernier, le président de l’Union pour la renaissance/Mouvement sankariste (UNIR/MS), le parti au symbole de l’œuf, Me Bénéwendé Stanislas Sankara, était dans la capitale du Sanmatenga. Pas pour déguster les succulentes brochettes au « koura-koura » qui font la réputation de cette localité. Mais pour conquérir les voix des Sanmatengalais pour les législatives du 6 mai 2007. Dans cette circonscription, faut-il rappeler, dix-neuf (19) formations politiques dont l’UNIR/MS sont en compétition pour quatre sièges à pourvoir. A cet effet, le parti de l’œuf a organisé à Kaya un meeting qui a eu pour cadre le rond-point de ladite ville. 

C’est aux environs de 16 heures que Me Sankara, à la tête d’une forte délégation composée des membres de l’état-major national du parti, est arrivé au lieu de la manifestation. C’est sous des acclamations qu’il a pris place devant une foule de militants venus des quatre coins du Sanmatenga. Il y a eu au total six allocutions. C’est la responsable des femmes de l’UNIR/MS de la province, Mme Nacoulma née Ouédraogo Rakèta, candidate suppléante sur la liste provinciale, qui a ouvert le bal. Elle a invité les populations à voter massivement le parti de l’œuf le 6 mai prochain pour lui assurer trois des quatre députés de la circonscription. _Le deuxième orateur n’était autre que la tête de liste de l’UNIR/MS dans le Sanmatenga, Sampawendé Ouédraogo, qui a harangué la foule. En véritable tribun, il n’est pas passé par quatre chemins pour faire le procès du parti au pouvoir en place qui réunit, dit-il, en son sein «quatre catégories de personnes» : des voleurs de deniers publics qui ne peuvent plus quitter le navire au risque de se voir noyer ; ceux qui sont en quête d’une promotion facile qui font la cour au pouvoir ; la troisième catégorie regroupe les ignorants manipulés par les seconds ; enfin il y a la bande des déçus, mais qui par fatalisme suivent comme des cabris morts le parti au pouvoir. Selon le candidat Ouédraogo, contrairement aux deux premiers groupes, il est encore possible de changer les derniers groupes cités. Il a en outre fait cas de malversations au niveau du lycée provincial ainsi que d'un financement de la réhabilitation du stade provincial du Sanmatenga qui aurait été détourné. Sampawendé Ouédraogo a invité les Sanmatengalais à voter le parti de l’œuf «pour le changement, pour sortir de la misère». Quiconque fera le contraire, a-t-il conclu, en votant le CDP aura choisi de «poursuivre le chemin qui mène à l’enfer». A sa suite, c’est le président de la Fédération des élèves et étudiants de l’UNIR/MS, Tago Bernard qui est intervenu. Lui, comme le précédent, a été beaucoup applaudi. Il a dénoncé la prolifération des établissements privés, laquelle réduit de plus en plus l’accès des enfants des pauvres aux infrastructures scolaires. C’est ce qui explique, selon lui, la promiscuité dans les écoles publiques. Pendant que des tenants du pouvoir disent qu’ils n’ont pas d’argent pour bâtir des amphis ou des cités universitaires, a-t-il poursuivi, ils ont cependant des ressources pour construire à Ouaga 2000 des cités de l’impunité, un palais présidentiel digne de présidence américaine ou française. Au regard de ce qui précède, M. Tago martèle que les dirigeants doivent chercher l’argent là où ils l'avait trouvé pour ériger des immeubles à Ouaga 2000, afin de satisfaire les élèves et les étudiants. Ils doivent, a-t-il ajouté, le faire parce que c’est le droit de la jeunesse burkinabè. Et s’ils ne le faisaient pas, a-t-il poursuivi, eux, ils créeront les conditions pour qu’ils le fassent. 

Aussi a-t-il invité les populations à s’exprimer dès le 6 mai prochain dans les urnes en votant massivement l’UNIR/MS de sorte qu’il ait le nombre de députés nécessaire pour former un groupe parlementaire et diriger les lois votées dans l’intérêt de la « Compaorose ». C’est après une présentation des candidats du parti que Me Sankara a pris la parole pour se réjouir des messages livrés par les différents intervenants. A son tour, il a appelé les Sanmatengalais à choisir le parti de l’œuf le 6 mai 2007. Avec plus de réalisme, il a souhaité que l’UNIR/MS puisse s’en tirer avec au moins un député au soir du scrutin. Les candidats titulaires du parti au Sanmatenga ont pour identité : Sampawendé Ouédraogo, Adlaye Ouédraogo, Pengdwendé Pascal Ouédraogo et Ousmane Bangré.

Hamidou Ouédraogo

L’Observateur Paalga du 20 avril 2007



20/04/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres