L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Megd'alors : Heureusement qu’il nous reste la guigui

Megd’alors!

Heureusement qu’il nous reste la guigui

 

Un verre de Guigui moussée entre les pognes, je me suis laissé affaler dans un des fauteuils en bois du maquis, scrutant le ciel pour voir s’il ne laissera pas tomber la pluie au moins cette nuit. Megd’! J’étais fatigué de dormir dehors et surtout d’errer de bar en bar pour chercher le sommeil. Enfin, pas exactement. La chaleur torride qui s’est prolongée jusqu’en ce mois de mai sans qu’il n’y ait assez de flotte pour la chasser me donne plus que du souci. Si je dois continuer à aller boire pour pouvoir supporter la canicule, il faut bien que je me trouve d’autres revenus pour le loyer de ce foutu clapier où je ne dors même pas. Megd’!
La dernière fois, j’ai vu à la téloche une pub dans laquelle un gars et toute sa famille ont déserté leur piaule surchauffée par la chaleur pour aller côcôter la clim chez leur voisin. Ça fait vraiment rêver et sourire. Le hic, c’est que mes voisins sont plus moisis que moi. Megd’! Si on devait nous classer selon l’indice du développement humain durable, j’allais me faire le plaisir d’avoir autant de monde derrière moi que le Canada dans le classement du PNUD. Et si le développement devait tenir compte du nombre de bouteilles qu’on pouvait s’offrir quotidiennement, je battrais tous les records de la Guigui. Mais je dois reconnaître que dans ce pays de megd où toutes les conditions sont réunies pour que nous nous maintenions en queue de peloton du développement, il ne faut surtout pas rêver sortir de son trou de rat. Megd’! Le comble c’est lorsque la canicule s’en mêle. Je comprends pourquoi certains préfèrent aller toiser la mort dans la fraîcheur de la Méditerranée, plutôt que de mourir dans le désespoir. C’est vraiment con de clamser sans donner un peu de fraîcheur à sa vie. Mais ne comptez surtout pas sur moi pour cette connerie de suicide en haute mer, loin de mon breuvage préféré. Si la galère devait finir par me tuer, je préfère que ce soit dans des conditions telles que j’ai une bouteille de Guigui bien tapée entre les mains pendant que j’en aurai déjà ingurgité plusieurs. Même s’il fait une chaleur d’enfer au Faso et que tout le monde m’emmegd’, que Dieu me préserve du supplice de l’immigration clandestine. Lorsque je suis dans la dèche, je m’essaie quelquefois au dolo, mais je ne suis aucunement prêt à crever comme un rat déshydraté dans les Iles Canaries. Megd’alors!

 

Journal du Jeudi du 24 au 30 mai 2007



25/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres