L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Ministère des Affaires étrangères : Les 105 agents toujours en

 

Ministère des Affaires étrangères

Les 105 agents toujours en "exil"

 

Le Syndicat autonome des agents du ministère des Affaires étrangères (SAMAE) s’est entretenu avec la presse le jeudi 30 août 2007 à la Bourse du travail. Le bilan de son parcours après une année d’existence marqué de déboires, tel était le sujet au menu des échanges.

 

Hier 30 août 2007, le Syndicat autonome des agents du ministère des Affaires étrangères (SAMAE) a soufflé sa première bougie. A cette occasion, il a organisé une conférence de presse au cours de laquelle, ses responsables ont fait le bilan de son parcours. Pour son secrétaire général, Désiré Boniface Somé, tout est parti d’un Comité d’initiative pour le dialogue social (CIDS), créé à l’issue des assemblées générales d’une forte majorité des agents du minsitère des Affaires étrangères, tenues les 9 et 16 décembre 2005. C’est donc des cendres du CIDS que naîtra, le 30 août 2006, le SAMAE qui, de l’avis de ses pères fondateurs, est un “syndicat responsable et autonome sans aucune accointance politique et toujours à l’avant-garde de la lutte pour améliorer nos conditions de travail et d’existence”. De l’exposé liminaire, lu par M. Somé, il ressort que l’existence du syndicat a été marquée par des marches, des revendications, des sanctions, des recours à la justice… En rappel, le 10 avril 2007, les syndicalistes ont, à travers une marche, revendiqué leurs droits dont les indemnités. Ce, a expliqué le secrétaire général du SAMAE, Désiré Boniface Somé, en raison du “silence et des stratégies dilatoires des premiers responsables dans la résolution de leurs préoccupations”. A la suite de ce mouvement, le 11 avril 2007, les autorités décident de la fermeture de l’Institut diplomatique et des relations internationales (IDRI). Le 23 mai 2007, elles décrètent le reversement de 105 agents dudit département à la Fonction publique et de la Réforme de l’Etat (MFPRE) pour redéploiement dans d’autres administrations (voir encadré). Au regard donc de ces sanctions et blâmes, le SAMAE a entrepris des médiations, selon son secrétaire général, Désiré Boniface Somé, auprès du Médiateur du Faso, du président du Conseil économique et social et de sa majesté le Moogho Naaba. A cela, il faut ajouter un recours à la justice pour trois requêtes qui sont : le sursis à exécution de la décision du MFPRE ; la levée des sanctions ; l’annulation des blâmes et avertissements. De ces trois requêtes, le SAMAE obtiendra du tribunal administratif, le 26 juillet 2007, le sursis à exécution qui, jusque-là, n’est pas en vigueur, la défense du gouvernement ayant interjeté en appel le 7 août dernier. Cependant, souligne avec regret M. Somé, les autres requêtes sont restées sans suite favorable. Selon lui, les 105 agents touchés par les sanctions reçoivent actuellement leur salaire mais sans indemnités. Ils ont fait acte de présence, a-t-il précisé, dans leurs services de redéploiement et certains y travaillent déjà. D’autres, par contre, ne savent pas jusqu’à présent à quel saint se vouer, leur profil ne répondant aux postes auxquels ils ont été affectés. Leurs nouveaux hôtes ne sauraient même pas quelle tâche leur attribuer. Au ministère de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques, on aurait signifié à un d’entre eux qu’on y travaille avec des techniciens et des ingénieurs. “Que sais-tu faire ?”, c’est avec cette question que le directeur des Ressources humaines dudit département l'aurait accueilli. Comme ce dernier, certains se demandent en quoi des diplomates peuvent être utiles au ministère de l’Environnement.

Pour les responsables du syndicat, la voie du dialogue a été privilégiée dans le processus des négociations. Ils notent par exemple l’envoi de correspondances et d’un mémorandum à la hiérarchie de leur ministère de tutelle. Ils disent avoir également sollicité plusieurs audiences auprès de leurs premiers responsables. Plus récemment, s’est réjoui M. Somé, le syndicat a rencontré le directeur de cabinet du ministre des Affaires étrangères qui a promis de transmettre leurs doléances à la nouvelle équipe dirigeante du ministère. Les agents “exilés” ne demandent qu’à retourner dans leur ministère d’origine, étant donné qu’ils se sont formés pour la diplomatie.

 

Hamidou Ouédraogo

Maïmouna Ouédraogo (stagiaire)

L’Observateur Paalga du 31 août 2007

 

 

Encadré

Quelques chiffres sur le redéploiement des agents des Affaires étrangères vers les différents départements ministériels

 

- Ministère des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique : 11

- Ministère de l’Administration territoriale : 42

- Ministère de la Jeunesse et de l’Emploi : 3

- Ministère de la Fonction publique : 10

- Ministère de l’Economie et des Finances : 5

- Ministère de l’Environnement : 8

- Ministère du Travail : 3

-    Ministère de l’Agriculture : 1



31/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres