L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Mozambique - Burkina (3-1) : Les acteurs de la défaite à confesse

Mozambique - Burkina (3-1)

Les acteurs de la défaite à confesse

 

Comme on le sait, l'étape de Maputo était importante pour les Etalons qui se devaient de prendre les trois points  de la victoire ou, à défaut,  arracher un match nul pour voir venir. Mais leur jeu est resté insuffisant, et ils n'ont pu résister à la force collective des Mambas. Au lendemain de cette sévère défaite (3-1), le coach et les joueurs que nous avons rencontrés ont été unanimes à reconnaître que l'équipe a commis des erreurs.

Les acteurs de la défaite donc se confessent même si, pour tous, le tournoi continue et ils peuvent retrouver l'équilibre.

 

Didier Notheaux (entraîneur) : "Notre avenir est incertain"

"Je suis évidemment déçu du résultat en même temps que de la façon dont le match s'est déroulé. On a bien démarré la rencontre en marquant un but qui a été refusé par l'arbitre. Je ne sais pas s'il y avait hors-jeu, mais les images le diront. Il y a eu aussi ce penalty de l'adversaire, mais je ne suis pas sûr que mon gardien de but a commis une faute sur l'attaquant mozambicain.

Je retiens aussi de ce match qu'on a pris des buts à des moments où il ne le fallait pas. C'est une grosse déception dans la mesure où j'avais beaucoup d'espoir après notre entraînement la veille de la rencontre.

Nous avons répété beaucoup de choses, notamment les coups de pied arrêtés. Mais il y a eu un décalage entre ce qu'on a fait à l'entraînement et le jour du match".

 

Maintenant, comment voyez-vous l'avenir de votre équipe dans ce tournoi ?

 

Didier Notheaux : "Je dois d'abord dire qu'après cinq séances d'entraînement, il est difficile de tout mettre en place.

Cela dit, après cette défaite incompréhensible, notre avenir est incertain. Maintenant, nous n'avons pas d'autre choix que de battre la Tanzanie chez nous et d'attendre le résultat du match Mozambique/Sénégal pour être situé. Quoi qu'il en soit, il reste deux journées, et rien ne dit que nous ne pouvons pas aller chercher la qualification à Dakar, même si on sait que ce sera une lourde tâche".

 

Abdoulaye Soulama (gardien de but) :

"Je pense que le groupe ne s'est pas battu"

 

"C'est une défaite terrible, et je pense que le groupe ne s'est pas battu. On est venu avec une arme très forte, mais ça n'a pas marché pour nous. La défaite est inexplicable pour moi, et je suis déçu d'avoir encaissé trois buts à l'extérieur.

Ça ne m'est jamais arrivé dans ma carrière de vivre une telle situation. Maintenant il va falloir se racheter à Ouaga contre la Tanzanie pour espérer".

 

Les Etalons n'ont-ils pas été piégés tactiquement ?

 

Abdoulaye Soulama : "L'équipe a effectivement été piégée parce que l'entraîneur mozambicain, Mart Nooj, connaît bien le Burkina pour y avoir séjourné quelques années. L'adversaire a bien tourné le ballon, et nous avons beaucoup souffert de lui avoir laissé des espaces pour développer son jeu. Les Mozambicains ont joué haut, et nous avons fait des erreurs qui nous ont coûté le match".

 

Il y a eu ce fameux penalty qui a été apprécié diversement. As-tu vraiment commis une faute sur Manuel Bucuane, l'attaquant mozambicain ?

 

Soulama (il pousse de profonds soupirs) : "Franchement, il n'y avait pas penalty, puisque c'est le joueur lui-même qui, en convoitant le ballon dans sa course, est venu me heurter quand je suis sorti de mes perches pour anticiper. Je suis allé le premier vers le ballon, que j'ai touché, et c'est à ce moment qu'il s'est écroulé. C'est un penalty anormal, mais n'oubliez pas que nous jouions à l'extérieur. Je crois que le Mozambique n'avait pas besoin de ce coup de pouce de l'arbitre malgache".

 

Joël Kouassi (stoppeur) :

"On s'est beaucoup précipité"

"Cette défaite est due à des erreurs défensives, et  elle est sévère au vu des occasions que nous avons eues. Je crois que sur le plan du jeu, on n'a pas démérité, mais il y a eu ce penalty qui a un peu cassé notre élan. Néanmoins, on a essayé par la suite de jouer, et il nous est arrivé une situation inattendue.

Je pense que nous avons encore des chances, puisqu'il reste deux matches à jouer. Nous sommes en football, et tout peut arriver. C'est un championnat, et j'espère que tout se passera bien lors du prochain match à Ouaga où nous n'avons plus droit à l'erreur".

 

Comment as-tu trouvé l'adversaire ; était-il véritablement supérieur aux Etalons ?

 

Kouassi : "Je ne pense pas que les Mozambicains fussent bien meilleurs que nous. Ils ont su exploiter leurs occasions, et c'est important dans un match de football. En ce qui nous concerne, on s'est beaucoup précipité, ne concrétisant pas nos occasions. C'est ce qui a fait la différence, sinon nous avons bien soutenu la comparaison avec l'adversaire".

 

Madi Panandétiguiri (latéral gauche) :

"Nous avons manqué de concentration"

"C'est une défaite qu'on a du mal à expliquer et qui nous reste en travers de la gorge. On n'aurait pas dû perdre ce match qui était important pour nous. A vrai dire, il y avait   la possibilité de faire un bon résultat à Maputo. Après le but égalisateur, nous avons manqué de concentration. On a pris un coup au moral, et le troisième but nous a complètement tués. C'est dommage, mais je crois que rien n'est encore perdu, puisque le tournoi continue".

 

Soumaïla Tassembédo (latéral droit) :

"Nous avons passé notre temps à balancer les balles".

"Ce match a été difficile pour nous, mais je ne m'attendais pas à un tel score. Ce penalty injustifié nous a un peu coupé les jambes, mais nous avons quand même réussi à obtenir l'égalisation.

Le deuxième but mozambicain, intervenu une minute après, a compliqué les choses. Nous avons passé notre temps à balancer les balles, et dans ces conditions, ce n'était pas facile de redresser la situation.

Le public ne croit plus à notre qualification, mais la compétition n'est pas terminée".

 

Que veux-tu dire par là ?

 

Soumaïla : "Je veux dire que tout est encore possible et qu'une victoire nous relancerait ".

 

Et si le Sénégal s'imposait à Maputo ?

 

Soumaïla : "Tout pourrait alors se jouer à la différence de buts".

 

Et pourtant, vous avez pour le moment 4 points-2.

 

Soumaïla : "C'est vrai, mais contre la Tanzanie, nous jouerons pour marquer des buts".

 

Moumouni Dagano (avant-centre) :

"Nous n'avons pas fait le boulot"

 

"Cette défaite est difficile à digérer parce qu'on tenait à gagner ce match pour ne pas perdre espoir.

Nous n'avons pas fait le boulot qu'on  attendait de nous, et c'est regrettable. Nous avons pris deux buts "bêtes" qui nous ont coûté cher. En outre, ce qui me fait mal, c'est qu'un match nul nous aurait quand même permis d'espérer. C'est vrai que le penalty est venu trop tôt, mais avec l'expérience qu'on a, on aurait dû surpasser cela et jouer comme si rien n'était arrivé.

On n'a pas été assez vigilants et il y a eu un couac de notre part tant offensivement que défensivement".

 

Dagano croit-il que tout soit encore possible ?

 

• "Tant que le tournoi n'est pas fini, il ne faut pas se décourager. On peut renouer avec la victoire, et je demande à mes coéquipiers de rester lucides pour le match contre la Tanzanie.

Le 16 juin, nous aurons à cœur de faire quelque chose".

 

Propos recueillis à Maputo par

Justin Daboné

L’Observateur Paalga du 7 juin 2007



06/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres