L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Municipales partielles du 1er juin 2008 : Des partis d'opposition donnent de la voix

Municipales partielles du 1er juin 2008

Des partis d'opposition donnent de la voix

 

Ceci est une déclaration signée du président du Cadre de concertations des partis politiques de l'opposition (CPO), Me Bénéwendé Sankara, sur la reprise des municipales dans 4 communes rurales dont les conseils ont été dissous suite à des problèmes internes.

 

Le 20 février 2008, le Gouvernement de la 4e République prenait la décision en Conseil de ministres de dissoudre les conseils municipaux de Nasséré dans le Bam, de Bané dans le Boulgou, de Yondé dans le Koulpélogo et de Gounghin dans le Kouritenga.

Cependant, il attendit jusqu'au 10 mars 2008 pour signer le décret organisant le scrutin. Cet anachronisme ainsi que la grave décision de dissoudre les conseils municipaux mettront, une fois de plus, à rude épreuve notre processus démocratique car on se souvient encore du cas de Pô au Nahouri. Pire, cette décision emporte grave entorse aux prescriptions légales, notamment l'article 252 nouveau du code électoral qui dispose : "En cas de dissolution du conseil municipal, de démission de tous ses membres en exercice ou d'annulation devenue définitive de l'élection de tous ses membres, le représentant de l'Etat territorialement compétent est chargé de l'expédition des affaires courantes. Il est procédé à l''élection du conseil municipal dans un délai maximum de quatre-vingt-dix jours."

Avec cette disposition légale, on se demande quelle est la date régulière des élections si le décret fixe le scrutin au 1er juin 2008 alors que la dissolution des conseils municipaux est intervenue le 20 février 2008 en Conseil des ministres.

Ce flottement, de toute évidence, montre l'état d'esprit de la gouvenance démocratique au Burkina Faso. C'est une véritable cacophonie qui montre à quel point notre démocratie est de façade car les élections libres et transparentes ne semblent pas la préoccupation des autorités burkinabè, au regard de la Iégéreté avec laquelle le décret du 10 mars a été pris.

C'est pourquoi les partis politiques de l'opposition regroupés au sein de leur cadre de concertation, déterminés à faire triompher l'Etat de droit et la démocratie :

1- Dénoncent les violations sous quelques formes que ce soient du code électoral ainsi que les manœuvres liquidatrices de notre démocratie ;

2- Tiennent le Gouvernement responsable des conséquences éventuelles de ces violations ;

3- Lancent un appel pressant à tous les militants des partis politiques de l'opposition à barrer la route aux dérives antidémocratiques et putschistes du pouvoir par une participation massive aux élections à venir dans les localités de Nasséré dans le Bam, de Bané dans le Boulgou, de Yondé dans le Koulpélogo et de Gounghin dans le Kouritenga.

4- Invitent enfin les populations de ces localités à donner une vraie leçon de démocratie au pouvoir de la 4e République.

 

Ouagadougou, le 7/04/08

Pour le Cadre de concertations des partis politiques de l'opposition (CPO)

Le Président

Le Pays du 10 avril 2008



10/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres