L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

OXFAM France : Sarkozy est "hypocrite"

DROIT DANS LES YEUX

 

OXFAM France

Sarkozy est "hypocrite"

 

D’un côté, Sarkozy parle de solidarité nécessaire et de souveraineté alimentaire. De l’autre, il vante la vocation exportatrice de l’agroalimentaire, qui, à coups de subventions à l’exportation ou d’accords de libre-échange, lamine les petits fermiers africains.

Le premier instrument de la lutte contre la pauvreté, l’aide publique au développement (APD), est en chute libre depuis son arrivée au pouvoir. Pour la première fois depuis 2001, l’aide française a baissé en 2007, de 15 %, soit 0,39 % du revenu national brut, rompant avec les promesses de Chirac. Et quand on soustrait les 2,3 milliards de dollars (1,4 milliard d’euros) alloués aux frais de scolarité des étudiants étrangers, à l’Outre-mer, et à "l’accueil" des réfugiés, que reste-t-il pour l’aide réelle ? "Pas grand-chose, reconnaît un diplomate. On dépense près de dix fois plus en aide pour le changement climatique dans les pays émergents que sur l’aide à la petite agriculture des plus pauvres."

Nicolas Sarkozy peut jurer que la France y consacre "750 millions de dollars", il oublie qu’il s’agit de prêts. Comme les 100 millions de dollars à l’Afrique du Sud pour une ferme éolienne. Des prêts qui ne font qu’augmenter une dette déjà insupportable.

Les appels récents de Sarkozy à «une stratégie ambitieuse d’aide à l’agriculture" envers les plus démunis, se heurtent chez lui à d’énormes contradictions. Reste le "ministère de la parole". "Ceux qui me diraient que cela ne nous concerne pas, je me poserais des questions sur leur conscience", a dit le chef de l’Etat. Appelant à un «partenariat mondial pour l’alimentation et l’agriculture".

"Y a-t-il un seul parmi nous qui peut rester indifférent à la révolte de ceux qui, au Sud, ne peuvent plus manger à leur faim ?" s’interroge le chef de l’Etat français. Salutaire prise de conscience ? Il reste de la marge. Car «la France n’est pas, c’est le moins que l’on puisse dire, un gros donateur d’aide alimentaire, confie à Libération Christiane Berthiaume, porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM). Elle arrive au 18e rang des contributeurs en 2008, avec 5,5 millions de dollars reçus au 13 avril 2008." Une paille alors que, vendredi, le PAM a revu à la hausse (de 500 à 750 millions de dollars) ses besoins pour faire face aux «émeutes de la faim».

"La France double son aide alimentaire aux pays pauvres" titre le Figaro du 18 avril 2008.

"Il est urgent d'agir pour renforcer la sécurité alimentaire à un moment où 37 pays connaissent une crise alimentaire très grave." déclare le chef de l’Etat.

De 30 millions d'euros on passe à 60 ! Pour mémoire le budget de fonctionnement de l’Elysée est de 100 millions d'euros. Ce que coûtent les députés français 120 millions d’euros. Et c’est, pour le moment, seulement "une promesse de don", donc affaire à suivre…

Dans le monde, les quelques centaines de nantis totalisent des revenus supérieurs à ceux du milliard de démunis. La différence qui s'accroît résulte d'un processus qui inexorablement enrichit les uns en appauvrissant les autres. La terre produit, grâce au travail des hommes, assez de nourriture pour satisfaire les besoins de tous. Le problème à résoudre n'est pas technique mais politique.

Quand le gouvernement de la France aux ordres d'un seul, pratique une politique de cadeaux envers les plus riches et ne cesse de s'attaquer aux plus faibles (sans-papiers, étrangers, chômeurs, précaires, malades...) quand ce gouvernement consacre des sommes énormes à l'armement (22% de son budget pour l’Armée), tout en continuant à asphyxier les pays pauvres par ses créances, quand il consacre les vieilles politiques de la Françafrique en préférant les "dirigeants durables et enrichis" à leurs peuples malgré ses promesses, quand il met en oeuvre cette politique, ce gouvernement, malgré tout ce qu’il peut nous raconter, continue de participer à l’assassinat économique de l’Afrique.

"Ceux qui me diraient que cela ne nous concerne pas, je me poserais des questions sur leur conscience",

Oui, Monsieur Sarkozy, ou bien votre conscience est anesthésiée depuis longtemps, ou bien vous dormez mal depuis longtemps !

Père Jacques Lacour

(BP 332 Koudougou)

jacqueslacourbf@yahoo.fr

 

Le Pays du 29 avril 2008

 



29/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 998 autres membres