L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Pension des cheminots retraités de l’ex-RAN : Discorde autour du mode de paiement

Pension des cheminots retraités de l’ex-RAN

Discorde autour du mode de paiement

Le mode de paiement des pensions des anciens cheminots burkinabè de l’ex-RAN est aujourd’hui au cœur d’une discorde. Chaque fin de mois, depuis plus de 40 ans, nous a confié le vieux Mamadou Traoré, un émissaire était envoyé en Côte d’Ivoire auprès de la Caisse générale de retraite des agents de l’Etat de Côte d’Ivoire (CGRAE-CI), où devraient être payées les pensions, pour ramener les bulletins de paie des quelque 800 ex-cheminots aujourd’hui retraités et vivant au Burkina. Et pour cela, a-t-il poursuivi, une somme de 300 F CFA (qui est passée à 500 F depuis le début de la crise ivoirienne), était obligatoirement versée chaque mois et par chaque pensionnaire avant d’entrer en possession de son bulletin, en vue de la paie.

Mais après de longues négociations auprès des autorités burkinabè, les retraités de l’ex-RAN perçoivent directement, et ce depuis août dernier, leur pension auprès de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) du Burkina, sans le moindre frais. Cette disposition qui fit suite à un accord de partenariat signé le 27 juillet dernier entre la CNSS et la CGRAE-CI, n’est pas vue d’un bon œil par ceux-là qui étaient chargés d’aller ramener les bulletins de paie depuis Abidjan. Dans une déclaration, le trésorier de l’Union des retraités de l’ex-RAN, Biton Gouo, et son émissaire Moumouni Gouo (le premier est le père du second), ont dénoncé le fait qu’ils n’aient pas été associés à la signature de cet accord entre les deux institutions burkinabè et ivoirienne. Ils disent préférer toucher leurs pensions comme cela se faisait par le passé, et l'ont, par conséquent, demandé à la CNSS. Or, cette nouvelle mesure est accueillie avec beaucoup de satisfaction par le camp du vieux Mamadou Traoré qui exige même que le vieux Biton et son fils leur rende compte de la gestion des cotisations mensuelles qui se faisaient depuis 40 ans. Dans une déclaration parvenue à notre rédaction (voir encadré), ils ont dit merci aux autorités burkinabè et celles de la CGRAE-CI, pour leur avoir facilité la perception des pensions. Ils tiennent aussi à ce que leurs dus leur soient continuellement versés par la CNSS.

 

Par Paul-Miki Roamba

Le Pays du 3 octobre 2007

Encadré

Adresse des cheminots retraités de l’ex-RAN à Biton Gouo et fils à l’endroit de tout bord.

"La Caisse nationale de sécurité sociale du Burkina Faso (CNSS-BF) et la Caisse générale de retraite des agents de l’Etat de Côte d’Ivoire (CGRAE-CI) ont signé un accord de partenariat du 23 au 27 juillet 2007 à Ouagadougou, afin de permettre aux cheminots retraités de cette catégorie, de percevoir leurs pensions au Burkina Faso. Ce que Biton et fils contestent dans les journaux et à la télévision. Pour ce qui nous concerne, retraités cheminots hors convention résidant au Burkina Faso, nous nous réjouissons honorablement de cette décision salutaire mise en place par les institutions des deux pays (BF et CI).

Nous remercions amplement toutes les structures compétentes qui nous ont aidés en nous permettant de toucher directement notre pension à la CNSS. En particulier, nous remercions Son Excellence Le Président du Faso, y compris le gouvernement, le directeur général de la CNSS, le directeur général de la CGRAE-CI, le président de l’association nationale des cheminots retraités du Burkina Faso (Tiémoko Traoré), et nous remercions aussi tous ceux dont les noms n’ont pu être cités.

Nous (retraités de l’ex-RAN à Bobo) sommes d’accord avec le système mis en place par les autorités compétentes. (...) Nous payions 300 F par bulletin de pension, entre- temps, cette somme est passée à 500 F, en plus des cotisations de 1500 F par retraité en fin d’année. Cela n’a pris fin qu’en juillet 2007. Nous demandons aux lecteurs des journaux de se faire une idée du pognon que cela représente.

Par conséquent, nous demandons aux autorités compétentes qu’une poursuite judiciaire soit menée pour plus de lumière dans cette affaire.

Pour les retraités de l’ex-RAN

Mamadou Traoré, porte-parole



03/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres