L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Périmètre sucrier : Les voleurs de tuyaux aux arrêts

Périmètre sucrier

Les voleurs de tuyaux aux arrêts

 

La brigade territoriale de gendarmerie de Bérégadougou vient de réaliser un beau coup de filet en mettant le grappin sur un réseau de voleurs de tuyaux d’irrigation qui opérait sur le périmètre sucrier. Les présumés malfrats ont été présentés à la presse le vendredi 1er juin 2007 par le commandant de la compagnie de gendarmerie de Banfora, le lieutenant Siédou Kadio. Les habitants de la région des Cascades reconnaissent de façon unanime que le banditisme sur les routes qui se traduisait par les multiples braquages a considérablement diminué ces derniers jours, notamment en raison des efforts considérables déployés par les services de sécurité. Cependant il faut signaler que les braqueurs et autres voleurs, à défaut de pouvoir opérer sur les grands axes routiers, ont jeté leur dévolu sur d’autres endroits. C’est ainsi que le périmètre sucrier de la SN SOSUCO est, depuis un certain temps, l’une des vaches laitières de ces malfrats. Courant février, la société sucrière a profondément ressenti les conséquences des vols de tuyaux d’irrigation car elle se retrouvait dans l'incapacité d’assurer l’arrosage de la canne en certains endroits. Ce problème, elle l'a posé de façon officielle devant les autorités régionales, dont le gouverneur, lors d’une rencontre dans le bureau de celui-ci. C’est donc à partir de ce moment que la gendarmerie, particulièrement celle de la commune de Bérégadougou, a ouvert une enquête pour démanteler le réseau de voleurs de tuyaux. Une enquête qui, dans un premier temps, s’est focalisée sur les travailleurs de la SOSUCO car, selon les agents chargés de mener les investigations, il faut commencer la recherche autour de soi. Très vite, cette orientation se révèlera infructeuse, même s’il faut signaler que parmi les personnes arrêtées figurent des gens qui ont déjà occasionnellement travaillé pour la SOSUCO.

Ainsi, le 19 mai 2007, Aboubacar Dayo a été surpris dans les champs de canne par les gardiens, en possession de tuyaux qu’il avait auparavant sciés. Une lutte qui a occasionné les blessures visibles sur sa joue droite s’engagea entre lui et les gardiens. Les gardiens après l’avoir immobilisé ont vite fait d’alerter la gendarmerie qui est allée le chercher. Il faut mettre en exergue la pertinence de la stratégie des directeurs de l’enquête qui ont dans un premier temps mis Aboucar Dayo en confiance, en lui apportant les soins nécessaires, avant de lui demander s’il opérait avec d’autres personnes. Cinq autres personnes seront alors dénoncées comme faisant partie du réseau et c’est dans la discrétion qu'elles seront conduites à la brigade de gendarmerie de Bérégadougou. Certains ont été mis aux arrêts dans la nuit du dimanche 20 mai et d’autres en plein jour le lundi 21 du même mois.

Sur les six personnes arrêtées, quatre étaient chargées de couper puis de transporter les tuyaux et deux receleurs les transformaient en marmites, louches, escabeaux. Ces deux derniers sont des forgerons bien connus dans la ville de Banfora. L'un deux a été reconnu comme étant un élève d’une école de cours du soir à Banfora et le deuxième un tailleur, plus connu sous le sobriquet de "tailleur sans mesure", qui a abandonné son atelier de couture pour intégrer le réseau de vol de câbles. Dans les jours à venir ils seront transférés à la maison d’arrêt et de correction de Banfora pour jugement.

Il faut reconnaître avec les responsables de la SOSUCO que le matériel d’irrigation coûte très cher. En effet, les tuyaux volés sont en aluminium. Les malfrats en ont emporté 142, estimés à plus de 6 millions de nos francs. A ce montant, il faut ajouter les préjudices causés à la société car pour ces multiples vols, elle a été incapable d’arroser certaines parcelles de canne depuis la fin de la saison pluvieuse jusqu’à ce que la canne soit récoltée. Un fait que le directeur adjoint du complexe a relevé dans nos colonnes le jeudi 30 mai 2007, comme ayant contribué à la non-atteinte des objectifs que la SOSUCO s’était fixés, en terme de production.

Le lieutenant Kadio a tenu à dire ses remerciements aux personnes dont la collaboration a permis de mettre la main sur ces malfrats. Il a également traduit sa reconnaissance aux responsables de SOSUCO qui apportent leur soutien à la brigade de gendarmerie de Bérégadougou. Toutefois, a-t-il reconnu, la population ne s’est pas encore totalement appropriée le concept de police de proximité car des cas de vols aussi importants que celui-ci ne peuvent avoir lieu sans qu’aucun citoyen ne s’en aperçoive. Les services de sécurité, selon lui, n’apprenant rien par eux-mêmes, il importe que les populations aient le courage de dénoncer les actes délictuels afin de leur permettre (les services de sécurité) d’intervenir et d’y mettre fin.

Mamoudou Traoré

Le Pays du 6 juin 2007



06/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres