L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Prêts scolaitres : Un marché de dupes ?

Prêts scolaitres

Un marché de dupes ?

A quoi sert un prêt scolaire ? La réponse à cette question peut paraître évidente pour les parents d'élèves, coincés qu'ils sont avec des salaires qui, comme dirait l'autre , ressemblent plus à des perdiems. Si l'on ajoute à cela les crédits que de nombreux salariés contractent pour des projets divers, on comprend l'utilité de ce produit. Pour de nombreux Burkinabè, il n'y a pas de doute, le prêt scolaire permet d'honorer les engagements de la scolarisation des enfants qui demande un gros pactole en un laps de temps. Comment mobiliser des sommes d'argent importantes pour payer des frais de scolarité, qui augmentent chaque année, ou des fournitures scolaires, si l'on n'a ce petit coup de pouce de sa banque ou de sa caisse populaire ?

Seulement, voilà ! le miracle ne se produit pas toujours. Il arrive, et ce n'est pas rare, que le prêt scolaire n'arrive pas à couvrir toutes les dépenses prévues. En effet, comment résoudre l'équation quand sa progéniture est nombreuse ? Pire, il arrive que l'argent serve à soigner un parent qui tombe malade au même moment. Et que dire de ces personnes qui investissent le prêt scolaire dans les 3 B de l'autre (la bière, les brochettes, la b...) ! Quelle inconscience ! Comme si l'on oubliait que l'argent était remboursable. D'autres personnes, plus sensées, l'utilisent pour faire face à des préoccupations sociales pressantes. Dans l'un ou dans l'autre cas, le prêt scolaire n'a pas servi sa destination première. Et de toute façon, les établissements financiers n'en font pas un souci, puisque le remboursement ne posera pas de problème. Un marché de dupes ? Il faut appeler les parents à préparer la rentrée scolaire tout au long de l'année, ce qui permettrait de diminuer leurs angoisses. Sinon, avec le prêt scolaire, on est toujours tenté de faire autre chose, si ce ne sont pas les circonstances de la vie qui vous y obligent.

Par Dayang-ne-Wendé P. SILGA

Le Pays du 27 août 2007



27/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres