L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Relégation de l’ASECK en D2 : Le Comité directeur accuse…

Relégation de l’ASECK en D2

Le Comité directeur accuse…

 

26 matches joués, 2 victoires, 07 nuls, 02 perdus sur tapis vert, 15 défaites, 13 points sur 78 possibles. Rang : 14e sur 14. Voici le bulletin de note ou la fiche technique de l’Association sportive des employés de commerce de Koudougou (ASECK) au terme du Faso Foot saison 2006-2007. Conséquence immédiate : l’unique club de Koudougou parmi l’élite dégringole en division inférieure soit la D2. Ceci est loin d’être du goût des supporters et encore moins de celui du Comité directeur qui a convié la presse le mardi 31 juillet dernier pour une conférence de presse au cours de laquelle des accusations ont fusé.

 

 En l’absence du président du club, ce sont le Secrétaire général Modeste Yaméogo, le 1er vice-président des supporters Pierre Zoubga et le Secrétaire général adjoint Bakari Ouédraogo qui étaient face aux hommes des médias plus de deux heures durant, dans la salle de conférences de la direction régionale des Sports et des Loisirs de Koudougou. La presse ayant trouvé insolite et curieux l’absence des premiers responsables du club Jaune et Noir à la conférence de presse a été vite rassurée. Leur absence est justifiée et est due à des contraintes diverses et de dernières minutes. Après la déclaration liminaire du Secrétaire général Modeste Yaméogo qui a tourné essentiellement autour du bilan technique du club cette saison, place aux questions et aux débats.

Les journalistes d’entrée de jeu ont déploré que cette conférence vienne tard car, plutôt, elle aurait permis de livrer certaines informations et d’empêcher cette débâcle. Chose que les conférenciers ont reconnu. Répondant aux questions à lui posées, le Secrétaire général relayé souvent par ses deux co-conférenciers a reconnu que le club a connu d’énormes difficultés cette saison tant au niveau des supporters que du bureau ou la division, la subversion, la mesquinerie, la désinformation et les coups bas étaient les choses les mieux partagées. On retiendra la perte de beaucoup de joueurs qui avaient, la saison passée, permis au club des commerçants de Koudougou de briller ; s’offrant même le luxe de jouer la demi-finale de la coupe du Faso. Les raisons d’une telle saignée ? Des problèmes et mésententes avec l’entraîneur qui a ramené une bonne partie des joueurs avec lui après sa rupture de contrat avec l’ASECK, le retour  de certains joueurs prêtés et l’absence de finances afin de conserver certains. Le ‘’wack’’ est aussi passé par là. Les conférenciers ont soutenu que le club était l’objet d’attaque occulte. Les veilles des matches, si ce n’est pas un bouc noir, un chien ou un poulet sacrifié sur le terrain du stade Batiébo Balibié, ce sont des cauris ou des objets bizarres qu’on y ramassait. Ceci a amené les supporters à monter pratiquement la garde au stade pour déjouer ces pratiques mais souvent en vain. Il y a aussi les dissensions qu’a connues le Comité directeur et les problèmes de cotisations. «dès qu’on parle de cotisation, les gens fuient» nous a confié un responsable des supporters qui a ajouté que depuis leur prise de fonction après le renouvellement du bureau des supporters en cours de saison, ils n’ont vendu que trois cartes de supporters soit 3 000F CFA.

 Faut-il croire que c’est ceci qui a fait descendre l’ASECK en deuxième division ? Les conférenciers pensent que leur équipe pouvait supporter ces couacs si les instances dirigeantes de notre football avaient parfaitement joué leur rôle avec impartialité. Et c’est là que les débats sont devenus intéressants. Tenez : Comme dit plus haut, l’ASECK a perdu deux matches sur tapis vert. Il s’agit du match contre l’AS- SONABEL qui a déposé une réserve sur le joueur Tiemtoré Souleymane. Celui-ci a signé le 19 février 2003 au BPFC avec comme date de naissance 27 août 1978. En 2006 il signe à l’ASECK avec sur ses pièces la date du 31 février 1988, comme date de naissance. L’ASECK avait eu un Secrétaire général du nom de Yaméogo Moussa Barthe qui avait été débarqué suite à des problèmes. Le hic aux dires des conférenciers c’est qu’à son départ, il n’a pas restitué tous les documents dont des photocopies de l’acte de naissance et de la pièce d’identité du joueur Tiemtoré Souleymane ainsi qu’une photocopie de sa licence au BPFC. Ce sont ces documents qui ont été transmis à l’AS-SONABEL pour confondre l’ASECK. Et plus grave les responsables de l’ASECK accusent les dirigeants du BPFC d’avoir fourni à l’AS-SONABEL l’originale de la licence de leur joueur. Concernant cette réserve il faut dire qu’elle ne portait pas sur Tiemtoré Souleymane mais sur un autre joueur du club qui a été blanchi par la FBF. C’est lors de la formulation de l’évocation que les dirigeants de l’AS-SONABEL ont incriminé Tiemtoré sur la base de documents et d’indications transmis  de Koudougou par  Moussa Barthe Yaméogo aux dires des conférenciers. 

L’autre réserve qui a valu à l’ASECK de perdre son deuxième match a été formulée par l’ASFA-Y sur principalement Koara Abdoulaye titulaire de deux licences. Une avec le Santos FC délivrée le 17 décembre 2006 et l’autre avec l’ASECK délivré le 15 janvier 2007. La réserve de l’ASFA-Y ayant été confirmée, le club de Koudougou a fait appel en l’appuyant avec les 30 000 F exigés pour ça. Mais depuis pas de réponse. Selon la conviction de nos interlocuteurs le problème a été sciemment bloqué jusqu’au départ de la FBF et ainsi on n’était plus en mesure de donner suite à leur requête. Les responsables de l’ASECK déplorent que la Fédération n’ait pas pu répondre à leur lettre administrative, ce qui est contraire aux textes. De plus sur la possession des deux licences, l’ASECK ne se sent nullement coupable car c’est la Ligue nationale de football qui les délivre. Sur ce point, les conférenciers s’interrogent sur cette légèreté de la  Ligue qui a émis deux licences avec les mêmes références pour le même joueur alors qu’avec l’informatisation un code est attribué à tout joueur demandeur de licence et ce code le suit et l’empêche de s’établir une autre licence. Alors pourquoi, l’ASECK doit-elle payer les fautes de la ligue, se sont-ils demandé. Modeste Yaméogo et ses camarades pensent que tout a été fait pour permettre à l’ASFA-Y de se maintenir car autrement c’est le club jaune et vert qui passait à la trappe. «La fin du championnat a été une grosse manigance et des calculs machiavéliques» ont été opérés pour que la principale victime soit leur club.

A croire les conférenciers, Yaméogo Moussa Barthe est pour beaucoup, dans les déboires de l’ASECK, lui qui pourtant a été à plusieurs reprises secrétaire général de ce club. Les responsables de l’ASECK l’accusent de livrer des documents et des informations aux équipes qui doivent jouer contre l’ASECK. Par exemple, le secrétaire général de l’USFA à la fin du match USFA contre ASECK a averti son homologue de Koudougou de faire attention à son joueur Tiemtoré Souleymane car on lui aurait téléphoné de Koudougou pour lui conseiller de poser une réserve sur ce joueur. Et c’est ce qui est fait chaque fois que l’ASECK   joue contre une équipe.

Quoi qu’il en soit, les mauvais résultats, la désinformation aggravée par le manque de communication, la division et les dissensions, les coups bas, la faiblesse de l’effectif et le «Wack» ont eu raison de l’unique club de Koudougou qui évoluait en D1 et le sponsor, la SONABHY qui alloue 7 millions de FCFA à l’ASECK chaque année (Autre pomme de discorde?) en plus de l’appui de certains opérateurs économiques de Koudougou n’ont pas pu empêcher la débâcle.

Le président de la ligue du Centre-Ouest de football du Centre-Ouest, Rasmané Semdé, présent à la Conférence de presse à l’instar de quelques sages et supporters irréductibles de l’ASECK, s’est dit désolé  de la relégation de l’ASECK et a déploré le climat délétère qui a régné autour de l’équipe. Son souhait est que le BPFC puisse monter en D1 cette année afin que Koudougou ne soit pas privé du Faso Foot. Aussi il estime qu’il est urgent que tous les acteurs se remobilisent afin que l’ASECK retrouve rapidement l’élite. Pour cela, fois de Rasmané Semdé, il faut que cessent les divisions et les rivalités inutiles entre le BPFC et l’ASECK les  deux clubs phares de Koudougou. Sur ce registre, Rasmané Semdé qui a déjà occupé la présidence de l’ASECK pense que l’avenir du football dans la capitale du Boulkiemdé réside dans la fusion des deux équipes. Là, c’est tout un programme car c’est comme parler de fusion entre  l’ASFA-Y et l’EFO ou entre l’ASEC d’Abidjan et Africa sport ou plus loin entre le Milan AC et l’Inter de Milan ; ou si vous  voulez c’est comme vouloir mélanger du pétrole à de l’eau.

Sur les déboires de l’ASECK nous y reviendrons car au moment d’écrire ces lignes nous n’avions pas la version des  principaux incriminés à savoir le BPFC et Yaméogo Moussa Barthe.

 

     Cyrille Zoma

L’Observateur Paalga du 2 août 2007



02/08/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres