L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Tour du Faso 2007 : Des Etalons vieillissants ahanant sur nos routes

Tour du Faso 2007

Des Etalons vieillissants ahanant sur nos routes

 

On retiendra du Tour du Faso 2007 qui s’est achevé le dimanche 4 novembre dernier que l’épreuve fut belle et palpitante. Durant dix jours, la bataille a été rude sur les pistes. Mais côté Burkina, on  a vu des Etalons vieillissants ahanant sur nos routes.

 

Comme l’an passé, les Etalons cyclistes ont fait piètre figure. Avec trois équipes de 6 coureurs, on n’a rien vu de concret sur les pistes. Une seule étape remportée  à Bobo-Dioulasso et puis, plus rien. C’est finalement un seul maillot (UEMOA) et non deux qu’ils ont gagné grâce à Abdoul Wahab Sawadogo.

Il y a eu quatre abandons dans nos rangs : Boukaré Kagambéga, Idrissa Ouédraogo, Ousmane Compaoré et Mahamadi Nikiéma. L’allure de la course (on roulait souvent à 45 km/h) a eu raison d’eux. Aujourd’hui, on parle de manque de préparation pour justifier cette contre-performance. C’est toujours la même rengaine. Qu’a-t-on fait au moment où l’épreuve approchait ? On l’a souvent dit, c’est en sortant pour se frotter aux autres qu’on acquiert l’expérience. Il y a eu des Tours un peu par-ci, par-là mais on a été absent par manque de moyens. En plus de ce constat, force est de reconnaître qu’il y a des vieux chevaux dans l’écurie. On semble ignorer la relève et ce sont les mêmes qui bénéficient de stage à l’extérieur. Doit-on penser qu’on ne peut pas se passer d’eux ? C’est un peu comme au football où plus rien ne va.

«J’invite la Fédération burkinabè de cyclisme à élaborer le plus tôt possible un plan de préparation des Etalons cyclistes dès maintenant en accordant une place de choix au maximum de participation aux Tours cyclistes organisés sur le continent. La formation se révèle être aussi un impératif, car les coureurs Burkinabè ont la moyenne d’âge la plus élevée de la présente édition». Ces mots sont du ministre des Sports et des loisirs, Jean-Pierre Palm, le dimanche dans la soirée à l’occasion de la remise des prix au mess des officiers. En tout cas, on verra bien dans quelques mois si cela va se réaliser.

 

Les maillots les plus prestigieux au Maroc

 

Arrivé à quelques heures du top de départ de cette 21e édition du Tour du Faso, l’équipe marocaine a annoncé la couleur grâce à Lahsani Mouhssine lors de l’étape Saponé-Léo. C’est au terme d’une échappée avec Krihstoff Verbraeken (Belgique) et Roel Egelmeers (Pays-Bas) qu’il s’est mis en évidence. Après avoir sonné la charge, il a résisté pendant sept jours avant de craquer à Fada N’gourma où il a été dépossédé du maillot jaune par son compatriote Adil Jelloul. L’équipe marocaine, dans ce Tour du Faso, a su allier combativité et tactique. Les six coureurs, venus du royaume chérifien, ont fait montre  de courage. Avant le départ d’une étape, ils savent quel rôle chacun doit jouer. Lors de  la septième étape (Boromo-Sabou-Koudougou), le peloton, à un moment, va se casser. Le maillot jaune est dans le deuxième groupe. Nous sommes au km 14 et Lahsaini avec la complicité de Jelloul prennent l’initiative de mener la chasse. A quelques bornes de Laba (c’est un village), ils réussissent à reconstituer le peloton. Quand, par la suite, Lahsani a crevé, son équipier Mouhcine Karraz s’est arrêté pour l’attendre. Pendant ce temps, Jelloul était devant et faisait le ménage en attendant son retour qui a été plus tard effectif dans le peloton. Après une deuxième crevaison de Lahsaini sur la piste des 26, 5 km, il a fallu une couverture de Mohamed Er Ragragui pour limiter les dégâts. La solidarité de l’équipe marocaine s’est encore manifestée à Fada où le maillot jaune, a été mis en difficulté sur le parcours. Sentant que les choses pouvaient tourner en faveur de leurs adversaires, Jelloul, encore lui, a pris ses responsabilités pour ne pas laisser le maillot le plus convoité du Tour changer de direction. Et c’est ce qui a été fait jusqu’à Ouagadougou. A l’heure des récompenses, ce sont les Lions de l’Atlas qui sont à l’honneur. Au podium du classement général individuel, Jelloul est présent avec Lahsaini. Le deuxième est Sadrack Teguimaha du Cameroun. Au général des sprints intermédiaires, Mohamed Er Ragragui est en tête. La meilleure équipe est le Maroc qui a survolé la compétition.

 

 

Justin Daboné

L’Observateur Paalga du 6 novembre 2007

 

 

Les résultats

 

Classement général individuel (maillot jaune)

1er: Adil Jelloul (Maroc) 1 600 000 FCFA

2e : Sadrack Teguimaha (Cameroun) 800 000 FCFA

3e : Lahsaini Mouhssine : 400 000 FCFA

 

Classement général des sprints intermédiaires (maillot vert)

1er: Mickaël Schnell (Alsace, France) 450 000 FCFA

2e : Jérémy Galland (Essonne, France) 300 000 FCFA

3e : Nicolas Edet (région du Centre, France) 120 000 FCFA

 

Classement général par équipe

1ere : Maroc : 280 000 FCFA

2e : Belgique : 200 000 FCFA

3e : Cameroun : 180 000 FCFA

 

. Maillot du meilleur jeune : Lahsaini Mouhssine (80 000 FCFA)

. Maillot du premier africain : Adil Jelloul 80 000 FCFA

. Maillot de la combativité : Sadrack Teguimaha : 140 000 FCFA Maillot de l’UEMOA : Abdoul Wahab Sawadogo : 80 000 FCFA.

 



06/11/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres