L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

Tournoi de football féminin : Le vrai-faux retrait des Etalons

Tournoi de football féminin

Le vrai-faux retrait des Etalons

 

Après une démonstration de force en match d’ouverture du tournoi de football féminin des cinq nations face au Niger (10-0), les Etalons ont failli ne pas continuer le tournoi. En effet, pour des problèmes internes, le responsable de l’équipe, Abdoulaye Zongo, avait décidé de retirer nos représentants de la compétition pour éviter d’éventuels désagréments. Mais il semble que les choses soient rentrées dans l’ordre.

 

Le tournoi des cinq nations qui se tient chaque année au mois de septembre est aujourd’hui à sa 7e édition, et a connu une innovation majeure cette année. La compétition, qui regroupait les clubs ayant remporté le championnat national dans leur pays, passe de clubs aux équipes nationales sur proposition de la FIFA. Selon Abdoulaye Zongo, le responsable de l’équipe, quand le tournoi approchait, la promotrice, Mme Marguerite Karama, avait adressé deux correspondances au ministère des Sports et des Loisirs et à la Fédération burkinabè de football (FBF) pour annoncer cette innovation. Mais, entre-temps, la FBF avait démissionné et c’est le secrétaire général, Joseph Zangreyanogoh, qui assurait l’intérim. Celui-ci ne pouvant rien décider, le tournoi est arrivé sans qu’on mette une équipe nationale en place. Abdoulaye Zongo affirme qu’entre-temps, ils ont approché le ministère et il y a eu une séance de travail sur la question avec Mme Pickbougoum. On leur a demandé de faire l’état de leurs besoins et cela a été fait. Les organisateurs du tournoi ont même demandé au ministère de réquisitionner les joueuses qui ont été sélectionnées pour le tournoi. Mais jusqu’au démarrage de la compétition, aucune réaction n’était venue du côté du ministère. C’est ainsi que les organisateurs du tournoi ont pris la responsabilité de convoquer des joueuses qui avaient été auparavant détectées par des entraîneurs. Elles ont pris leur quartier au COMET à Ouaga 2000 pour préparer la compétition. Des contacts ont même été pris avec le comité transitoire de la FBF qui a laissé entendre que le ministère n’a toujours pas réagi. Zongo a rappelé que quand Seydou Diakité était aux affaires, ce dernier avait dit qu’on ne pouvait pas organiser un tournoi féminin à Ouaga sans que le Burkina y prenne part. Les organisateurs, en engageant l’équipe, ont cru que les autorités allaient les soutenir par rapport aux  efforts qu’ils ont faits. Malheureusement, ce ne fut pas le cas. La sélection a été faite même si certains estiment que ce n’est pas une équipe nationale. Selon lui, elle peut valablement représenter le Burkina Faso. La preuve, en match d’ouverture, elle s’est bien défendue face au Niger. Le jour de cette rencontre, raconte le responsable de l’équipe, les supporters s’en sont pris aux joueuses et aux encadreurs parce qu’ils ne portaient pas les couleurs nationales alors que ceux des pays invités étaient habillés aux couleurs de leur pays. Les Etalons, précise-t-il, portaient des maillots Noir et Rouge. Le public ne comprenait pas cela et se montrait menaçant.

«Il était difficile pour nous d’expliquer au public la cause de cette situation et nous sommes restés sereins pour ne pas jeter de l’huile sur le feu», soutient Abdoulaye Zongo. Au regard des menaces et de l’attitude de certains dirigeants de clubs féminins, qui ont approché le comité transitoire pour lui dire qu’ils ne se reconnaissent pas à travers cette équipe nationale, les organisateurs avaient pris la décision de retirer les Etalons de la compétition. Zongo attend la fin du tournoi pour tirer les leçons de ce qui s’est passé et voir ce qu’il faut faire à l’avenir. Mais d’ores et déjà, il souhaite que la nouvelle Fédération qui sera élue après les trois mois du comité transitoire prendra toutes les dispositions pour mettre une équipe nationale féminine en place pour éviter ce genre de situation. Le responsable de l’équipe a dit que leur décision a été mûrie parce qu’ils ne veulent pas mettre  la vie de leurs joueuses en danger. Certaines sont venues de Bobo, d'autres, de la Côte d’Ivoire et du Ghana. Selon lui, ce ne sont pas les Princesses seulement qui constituent l’ossature des Etalons. Il y a eu un vide après le départ de la Fédération, et c’est pour aider le football burkinabè qu’ils ont sélectionné des joueuses parce qu’ils connaissent le milieu.

A la question de savoir si ce tournoi n’est pas en train de mourir à petit feu, Abdoulaye Zongo a répondu que c’est une préoccupation pour eux et il y a des gens qui travaillent peut-être à ça. 

Aux dernières nouvelles, on apprend que le problème a été réglé et que des maillots seront livrés aux Etalons. On leur a même offert une enveloppe de 500 000 FCFA pour les encourager. Dimanche, ils joueront la finale contre le vainqueur du groupe B composé de la Côte d’Ivoire, du Togo et du Mali.

 

 Justin Daboné

L’Observateur Paalga du 5 septembre 2007



05/09/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres