L'Heure du Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

L'Heure     du     Temps (Blog d'Information sur le Burkina Faso)

UNIR/MS : Un candidat serait menacé de mort au Boulgou

UNIR/MS

Un  de ses candidats serait menacé de mort au Boulgou

 

 

L'UNIR/MS a organisé une conférence de presse le 30 avril 2007 à son siège sis aux 1200 Logements de Ouagadougou pour dénoncer un certain nombre de faits liés aux législatives du 6 mai 2007. Au nombre de ceux-ci des intimidations et des menaces proférées à l'encontre de leurs candidats, notamment le titulaire du Boulgou, Issa Balima, sous le coup de menace de mort au téléphone par le chef de Bitou, tête de liste du CDP.

 

L'UNIR/MS est pour l'instant satisfait du Conseil supérieur de la communication (CSC) qu'elle "félicite pour son remarquable progrès quant à l'équilibre et l'équité de l'information depuis le début de la campagne".  Si tout est rose au niveau de l'institution que dirige Luc Adolphe Tiao, ce n'est pas le cas pour le processus électoral dans son ensemble, qui subit des atteintes  graves obligeant le parti de l'œuf "à alerter l'opinion publique".  Car, il s'agit de "faits notables pouvant entacher le bon déroulement des élections" .

Primo : des cas d'irrégularités, selon le parti, sont constatés dans la confection des listes et des cartes d'électeurs.

En effet, souligne Sirima, président du Bureau national de la campagne et candidat, si certains électeurs ne retrouvent pas leurs noms sur les listes électorales ni leurs cartes dans leurs anciens bureaux, d'autres par contre les y trouvent, mais celles-ci comporteraient des erreurs au nombre desquelles les dates de naissance qui ne correspondraient pas à celles de la pièce ayant servi à les établir. L'UNIR/MS révèle également des irrégularités dans la distribution des cartes d'électeurs. Dans plusieurs circonscriptions électorales, des responsables de certains partis, indique-t-elle, s'adonnent à des relévés de numéros de cartes d'électeurs de bureau de vote en bureau de vote ou de famille en famille et posent des questions aux intéressés sur leur intention de vote. "Les exemples les plus révélateurs sont constactés au Kadiogo (Ouagadougou) et au Passoré (Yako)". Le parti a-t-il des preuves suffisantes de ce qu'il avance ? "Bien sûr !", répondent les animateurs du point de presse qui indiquent au passage que la CENI a été saisie pour ces faits.

Secundo : des cas d'intimidations et de menaces à l'encontre des candidats de l'UNIR/MS pour leur opinion sont signalés. Le cas le plus patent serait celui d'Issa Balima, titulaire sur la liste du parti de Me Bénéwendé Sankara dans la circonscription électorale du Boulgou et ressortissant de Bitou. "Il est sous le coup de menace de mort au téléphone par le chef de Bitou, lui-même maire et candidat titulaire CDP de la même circonscription pour avoir exprimé une opinion contraire à la sienne". L'intéréssé, présent dans la salle, a expliqué que suite à une interview que la TNB lui a accordée, il a critiqué un certain nombre de faits dans la localité qui apparemment n'a pas été du goût du chef.  "Le 25 avril 2007, il m'a appelé d'un portable pour me demander si en parlant ainsi j'allais oser mettre encore les pieds à Bitou même pour les funérailles des mes parents". Une plainte en bonne et due forme a été déposée à cet effet auprès du procureur et suit son cours. Ces différents faits constituent, selon le Bureau de campagne de l'UNIR/MS, des entraves graves à la démocratie et à la liberté d'expression. Et le parti de l'œuf, qui dit être attaché à l'ancrage réel de la démocratie au Burkina, veut prendre l'opinion publique à temoin à travers cette conférence de presse.

 

Adama Ouédraogo Damiss

L’Observateur Paalga du 2 mai 2007



02/05/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1007 autres membres